• Portraits de femmes d'Histoire #2

          On se retrouve à ma grande joie (et j'espère la votre) pour le deuxième article sur les femmes d'histoire. Après vous avoir présenté trois guerrières, je reviens pour vous présenter trois leaders, reine ou impératrices. Ces femmes ne sont peut être pas des exemples de moralité, mais ce sont des figures fortes qui se sont imposés pour leurs pays ou leurs status dans un monde dominé par les hommes.

     

    Portraits de femmes d'Histoire #2Theodora | Empire Byzantin (500-548)

           Sa mère la pousse très vite à devenir une courtisane et une danseuse nue. Après de multiples périples, elle rencontre le futur empereur, Justinien dont elle devient la maîtresse. Ce dernier contourne les coutumes pour faire d’elle sa femme légitime, elle devient donc impératrice. Justinien la désigne comme sa partenaire dans les délibérations, elle prend rapidement une grande place dans la vie politique de l’Empire. Elle fait beaucoup évoluer les droits des femmes en faisant passer des mesures de protection à l’égard des comédiennes et des courtisanes, une loi contre la « traite des blanches », une possibilité de demander le divorce ainsi que le droit à l’héritage pour les filles. On se souviendra notamment d’elle pour avoir sauvé l’empire en 535, lors de la sédition Nika (émeute et révolte des factions politiques). Justinien et ses conseillers envisageaient directement la fuite, mais Théodora rejeta l’idée. Elle aurait prononcé ce discours « Ceux qui ont porté la couronne ne doivent pas survivre à sa perte. Je prie Dieu qu’on ne me voie pas un seul jour sans la pourpre. Que la lumière s’éteigne pour moi lorsqu’on cessera de me saluer du nom d’impératrice ! […] Moi elle me plaît, cette antique parole : que la pourpre est un beau linceul ! » (la pourpre étant la couleur des empereurs.) La sédition est vite écrasée par la suite.

     

    Reine Nzinga | Angola (1583-1663)Portraits de femmes d'Histoire #2

          En 1621/2, elle est envoyée à une négociation de paix avec les Portugais, pour représenter son frère, le roi (ce dernier ayant été forcé de fuir sa cour en 1617). Une des histoires les plus populaires sur Nzinga se déroule lors de cette négociation. Les Portugais auraient préparé la salle avec une seule chaise, obligeant Nzinga à rester debout la faisant ainsi apparaître inférieur. Mais cela ne se déroula pas comme prévu, puisque Nzinga se servit d’un de ses servants comme d’une chaise. Les négociations furent un succès, et la paix fut déclarée, le roi fut réhabilité sur son trône et la traite d’esclaves arrêté. Mais la paix ne dura pas longtemps. C’est en 1626 qu’elle devient reine. À cette période, les Portugais attaquent ses terres de nouveau. Loin de se laisser faire, la reine Nzinga s’installe sur un autre territoire Matamba et décide de combattre les envahisseurs portugais. Cela dure 30 ans. Son royaume devient également une terre d’asile pour les esclaves qui fuyaient les rafles. Excellente stratège, elle profite des rivalités entre Européens pour défendre ses terres et les siens. Ainsi, elle noue une alliance avec les Néerlandais, rivaux des Portugais à cette époque. La reine Nzinga serait parvenue à faire de son royaume une puissance commerciale et ainsi se rendre égale aux envahisseurs Portugais.

     

    Portraits de femmes d'Histoire #2Fu Hao | Chine (1200-1250 av. JC)

          Pour s’assurer de bonnes relations avec de bonnes relations avec les tribus voisines venant lui prêter allégeance, Wu Ding 22° roi de la dynastie Chang, épousait une femme au sein de chacune de ses tribus. Fu Hao est donc une des 64 épouses du roi, mais elle parvient à se distinguer des autres et à obtenir un statut élevé. Elle se voit souvent confiée la charge de rituels religieux, sacrifices et pratiques divinatoires, ce qui lui donne le statut de grande prêtresse et d’oracle, très inhabituel pour une femme à l’époque. Elle mène également les troupes militaires dans plusieurs batailles, elle vainc beaucoup d’ennemies de la dynastie. On la retiendra surtout pour sa victoire contre les Ba qui reste dans l’histoire chinoise comme la première embuscade à grande échelle. On la considère encore aujourd’hui comme la générale Shang la plus puissante et la plus influente de son temps, ainsi qu’un des éléments clefs dans la fortune de la dynastie Chang. 
     

     

          Une des critiques qui est souvent adressé aux portraits de femmes est qu'ils se concentrent souvent sur des femmes d'exceptions et qu'ils devraient un peu plus mettre en avant des femmes du commun qui a leurs échelles on fait beaucoup. Dans le prochain article nous laisserons donc de côté reine et guerrières pour parler de trois femmes que vous auriez pu rencontrer dans votre pharmacie et qui sont toute autant digne d'intérêt que les grandes femmes dont je vous ai déjà parlé.

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :