• Aujourd'hui je reviens avec un article que je veux écrire depuis très longtemps et dont j'avais en réalité déjà créé le projet en juin. Mais étant une chroniqueuse (peut-on vraiment me qualifier comme ça) de non-qualité, j'ai lâchement abandonné le blog pendant un long moment et je me suis rendue compte avoir commencé cet article il y a seulement deux jours. Je me dis qu'il serait donc vraiment temps de l'écrire afin de pouvoir (ENFIN) parler de ma série préférée de tous les temps. 

    Alors préparez vous un café/thé/chocolat ou toute autre boisson chaude à votre convenance, un plaid bien chaud et de la musique si ça peut vous aider, parce que ça risque d'être long. 

    Comme vous l'aurez peut-être compris, je suis une grand fan de Sense8. Oui j'ai fait partie de la Sense8 army (personne n'a appelé ça comme ça) après l'annulation de la série par Netflix suite au terrible (je dis ça pour éviter d'être vulgaire sinon ça ressemblerait plus à #@{[¤¤#@{[|`^\@\{~~####@@ en langage BD, toujours pour rester poli) cliffhanger (suspens) (il commence à il y avoir beaucoup trop de parenthèses dans cette phrase bien trop longue) (ooook j'arrête) à la fin de la saison 2. Imaginez donc ma joie lorsque finalement un ultime épisode a été accordé pour conclure la série. 

    Je me disais qu'en parler était donc un bon moyen de débattre et de vous parler de cette série fantastique. Cela va donc se dérouler en trois temps : l'histoire de la série (que vous pouvez passer si vous avez vu la série), mon avis global sur le dernier épisode sans spoilers (pour ceux qui ne l'ont pas vu ou n'ont pas vu la série) et mon avis détaillé avec spoilers (pour ceux qui l'ont vu ou qui s'en foute de se faire spoiler (je ne vous comprend toujours pas, mais je respecte)). 

    Commençons donc par le commencement 

    Parlons du dernier épisode de Sense8

    I - L'Histoire 

    (oui je fais des plans de dissertation, laissez-moi kiffer)

    Sense8 est l'histoire de 8 personnes du monde entier très différentes les unes des autres. Wow, on est bien avancés. Plus précisément il s'agit de Sun, sud-coréenne fille d'un grand PDG et combattante de folie; Will, policier de Chicago avec un grand sens de la justice, Kala, pharmacienne indienne destinée à un mariage sans amour; Wolfgang, voleur de génie allemand; Capheus, conducteur de matatu kenyan et fan de Jean-Claude Van Damme, Nomie; hackeuse transsexuelle hors paire de San Francisco; Lito, acteur mexicain homosexuel et légèrement drama queen et Riley, DJ londonienne d'origine islandaise. Si je vous donne tous ces détails, c'est pour montrer que chaque personnage a sa propre histoire, ses propres caractéristiques et sont tous très différents et ce sera utile pour le reste de l'article. C'est un récap très rapide que j'approfondirait plus tard dans sa globalité. Le point commun de ces personnages c'est qu'ils sont comme connectés. Les premiers épisodes suivent les histoires personnelles de chaque personnage et la manière dont leurs vies vont s’entremêler sans jamais se voir pour de vrai. C'est assez difficile à expliquer mais en gros ils peuvent voir à travers les yeux des uns et des autres et même prendre possession des corps des un des autres. Et ça va leur être très utiles puisqu'ils se rendent compte qu'un organisme nommé BPO pourchassent les personnes comme eux qui sont appelés 'sensitifs'. Pour mieux comprendre REGARDEZ LA SÉRIE. Si vous n'êtes pas convaincu après mon article plein d'amour, je ne peux plus rien pour vous. J'avoue que je préfère la série pour ses intrigues parallèles que son intrigue principale, mais tout étant plus ou moins lié, ça ne veut pas dire grand chose. 

    Anyway (eh oui je suis bilingue keskya), passons maintenant à mon avis sur le dernier épisode de la série. 

    II - Mon avis global sur le dernier épisode 

    (vous avez vu je respecte l'annonce du plan et tout)

    Parlons du dernier épisode de Sense8Je ne vais pas vous mentir, plus j'y pense, plus je réalise que j'ai été déçue. Attention, je ne suis pas en mode c'était trop nul, ça gâche toute la série etc... Non. Rien ne peut gâcher ce que m'a apporté cette série. Mais je suis quand même ressortie de l'épisode avec un avis mitigé. Alors je suis d'accord, ils ont dû résumer une troisième saison en deux heures, ils ont dû faire plaisir aux fans en restant fidèle à ce qu'ils avaient prévu à la base, ils ont dû le faire dans le rush etc... bref les conditions de tournage de cet épisode étaient loin de permettre la perfection. Cependant, je pense qu'il y avait des faux pas qui auraient pu être évités. J'ai cherché beaucoup d'excuses à cet épisode, et elles sont toujours valables mais je dois arrêter de me voiler la face, il y a des détails qui m'ont vraiment dérangés, que je vais détailler dans la prochaine partie. Je trouve qu'il y a beaucoup de facilités qui auraient pu être évitées, notamment la fin de l'intrigue principale qui est vraiment bâclée et trop rapide. Je ne peux pas donner beaucoup plus de détails parce que ça spoilerait tout. Ensuite, il y a énormément de violence. Vous allez me dire, si vous avez vu la série, qu'il y a de la violence depuis le début de la série. Certes. Mais je trouve que dans cet épisode final il y a beaucoup de violence injustifiée et ça va à l'encontre du message de paix et d'amour que propage la série et qui est la raison même pour laquelle je l'aime tant. Et je pense que c'est ce qui m'a le plus dérangé. J'ai trouvé ça vraiment dommage parce que j'ai eu l'impression qu'en faisant des scènes vraiment badass pour faire plaisir aux fans, ils se sont un peu perdu et ont finit par donner des messages contradictoires. C'est très vague mais j'explique ça avec plus de détail après parce que sinon je spoile. Enfin certaines choses sont un peu 'too much'. Encore une fois je ne peux pas développer mais en voulant faire plaisir aux fans, un peu comme avec la violence, ils sont allés un peu trop loin dans certaines scènes. Ce que je reproche un peu à l'épisode en somme c'est d'avoir voulu résumer la saison 3 qu'ils avaient déjà écrite au lieu de faire un vrai épisode conclusion et d'avoir peut-être un peu trop voulu faire plaisir à tout le monde et à tous les fans. J'avoue, avec tout ça, ça donne pas trop envie de regarder la série. Mais malgré tout, j'ai adoré regarder cet épisode parce qu'il m'a fait vibrée et parce que c'est Sense8. Il porte malgré tout tous les messages d'inclusion, d'amour, d'acceptation, de bonheur et de mixité que je chéris tant et qui font que Sense8 est une des meilleures série de tous les temps. La scène final est magistrale et elle résume la série en 5 minutes. Et franchement, cet épisode m'a apporté toutes les émotions que j'attendais : rire, joie, stress, tristesse (j'ai pleuré tellement fort que ma grand-mère a cru que je n'allais pas bien), admiration... Comme toujours c'est un pur bonheur esthétique (ce que je vanterai encore par la suite préparez vous) et ça faisait du bien de retrouver tous les personnages. Malgré tous les défauts, c'est un vrai cadeau fait aux fans et je me suis sentie reconnaissante à la fin. Parce qu'on sent vraiment qu'ils ont tout fait pour nous faire plaisir, qu'ils ont vraiment essayé de conclure la série du mieux possible, ce qu'ils ont malgré tout réussi. En tant que fan invétérée je ne peux que dire merci. Merci pour cette fin, merci pour cette histoire et merci pour tout ce qu'elle m'a apportée et m'apporte encore. 

    III - Mon avis détaillée sur le dernier épisode et la série en générale - SPOILERS - 

    (j'avoue j'ai ajouté une nuance)

    1. Les défauts de l'épisode final Parlons du dernier épisode de Sense8

    Un premier point qui n'est pas le plus important mais qui reste dommage selon moi, c'est que le personnage de Lito est sous-exploité dans cet épisode. Alors oui on ne peut pas exploiter tous les personnages également dans un épisode de série, mais celui là étant biiien plus long que les autres et surtout étant le dernier pour conclure la série, je trouve que c'est vraiment dommage qu'on ne voit pas plus Lito. Surtout que c'est vraiment un personnage que j'aime beaucoup (comme tous me direz-vous) et là il sert vraiment d'élément comique et on ne le voit pas plus que ça et j'étais un peu déçue. En gros il m'a manqué dans cet épisode. 

    Ensuite, encore un point qui m'a un peu dérangé mais qui n'est pas le plus 'choquant', c'est le manque de fin aux différentes intrigues secondaires qui concernent les personnages. Par exemple on ne sait pas du tout comment se passe le film de Lito, l'histoire de Sun est vite fait expliquée etc... Et on se doute que ça se finit bien mais c'est un peu dommage de ne pas avoir le détail.  

    Et puis comme je le disais au dessus, il y a aussi ce côté beaucoup trop happy ending, tout le monde il est gentil tout le monde il est mignon, notamment par rapport à la mère de Nomi qui est un des personnages les plus détestables de la série et qui soudain devient gentille grâce à la drogue. Ce mariage est fantastique mais est vraiment excessif, comme la scène dans la maison de campagne en France. Je trouve que parfois c'est allé un peu trop loin, frôlant presque le niais ce qui est vraiment dommage compte tenu de la série et de son approche des sentiments et de l'amour en général qui arrive à être touchant, doux et pas niais justement. 

    Nous arrivons sur un point qui m'a vraiment dérangée : l'extrême violence de l'épisode. Je m'explique, cette série est déjà violente et certains épisodes se font plaisir niveau tueries. Mais à chaque fois, la violence était justifiée, oui ils tuent (surtout Wolfgang) mais c'est toujours dans l'idée de légitime défense et de protection, bref on comprend. Mais là, par exemple la scène dans la forteresse de Lila, ils tuent des scientifiques qui ne sont pas armé, qui n'ont rien fait contre eux etc et autant j'adore les scènes d'actions de Sense8 parce qu'elle sont méga badass et que j'ai toujours un frisson de jubilation devant ces scènes là. Mais cette scène m'a particulièrement dérangée parce que pour le coup c'est de la tueries d'innocent pour de la tuerie et je trouve pas ça super badass.

    On arrive donc à la scène de résolution de l'intrigue principale qui comporte le même problème pour moi : Wolfgang qui fait exploser l'hélico de Lila et Whispers Et alors ça, ça ne m'a vraiment pas plu. D'abord parce que t'as un peu envie de dire "tout ça pour ça ?". C'est quand même beaucoup trop facile alors que c'est aussi et surtout le but de cet épisode de donner une fin logique à l'intrigue principale. Et ensuite, je trouve que c'est hyper contradictoire avec le développement de Wolfgang et le message de la série de manière générale. Pour Wolfgang je trouve que c'est dommage parce qu'il est présenté au début comme un gangster sans cœur, dont la violence est le quotidien mais il évolue vers un personnage bien plus complexe et sentimental qui justement tend finalement à aspirer qu calme et à la paix, Parlons du dernier épisode de Sense8notamment grâce à Kala, qui se présente comme son opposé pacifiste mais aussi comme son 'complément', un peu comme le Yin et le Yang, et qui le pousse à remettre en cause la violence comme étant une solution. Du coup ça, ça gâche un peu toute cette construction même si l'idée est de rappeler la scène du lance-roquette dans la saison un qui elle, pour le coup, est tellement stylée. Et surtout je trouve que ça va totalement à l'encontre du message global de la série : c'est un message d'amour, de respect et de pacifisme, un message d'inclusion et d'égalité. En gros un message de paix. Et le fait que l'intrigue principale se conclue grâce à l'explosion d'un hélico et au meurtre de ses passagers donne légèrement l'idée que la violence est la solution à tous vos problèmes. Ce qui est assez ironique quand le titre de l'zpisode est "L'amour vainc toujours" en latin. C'est donc, selon moi, totalement illogique avec les reste de la série, quand bien même la maman mystique de Whispers conseille de le tuer. 

    Il y a une dernière chose pour laquelle je suis un peu frustrée mais pour le coup, c'est plus du au fait qu'ils n'aient pas pu faire une saison complète. J'aurais tellement aimé en savoir plus sur les autres cercles de sensitifs et sur le réseau de communication et tout. Prongs n'aimaient pas l'idée mais je trouve ça génial qu'il y en ai plein d'autres, et j'aurais aimé voir comment ils comptaient l'utiliser plus en profondeur. Notamment par rapport à Puck, j'aurais trop aimé en savoir plus sur le reste de son cercle. Mais c'est un peu trop demander pour un épisode final. J'aurais de toute façon préféré qu'ils fassent une saison 3 mais on peut remercier Netflix qui préfère faire un max de thunes plutôt que de produire des séries de qualité avec un message important (moi rancunière et amère ? nooon)

    J'en ai finis avec mes points négatifs et ça me fait du bien parce que vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me fait du mal de dire du mal de cette série. Nous allons donc passer aux points positifs de cet épisode final qui reflètent en réalité les points positifs de cette série en générale (téma cette transition de folie). 

    2. Les qualités de l'épisode qui reflètent ceux de la série en général (je finis par ça parce que je veux quand même vous convaincre que c'est une série fantastique qui mérite d'être regardée)

    Il y a tellement de choses que j'aime dans cette série. Et qui sont tellement bien repris dans cet épisode. Je vais donc faire mon top 8 des trucs que je préfères dans Sense8 

    8 - Le montage 

    Vous allez me dire : hein ? Mais je vous explique. J'ai vu dans un making off (une vraie fan je vous dis) qu'ils tournaient la série en extérieur, dans les lieux exacts où est supposée se passer l'action. C'est-à-dire que lorsque ça Parlons du dernier épisode de Sense8se passe au Kenya, c'est tourné au Kenya. Cependant, l'action se passe souvent à deux endroits en même temps puisque les sensitifs peuvent changer de corps et prendre la place d'un autre sensitifs. C'est un peu tout l'intérêt de la série. Du coup, ce qu'ils font c'est qu'ils tournent les scènes plusieurs fois aux différents endroits où est supposée se passer l'action, ce qui donne un travail de montage énorme pour superposer les actions, comme la scène de la saison un où Wolfgang et Kala discutent religion, science et gravité à la fois sous la pluie à la terrasse d'un café à Berlin et sur le toit d'un temple sous le soleil de Bombay. Ou comme dans la scène où ils dansent tous dans le train, dans la voiture et dans la camionnette sur "I feel you" de Depeche Mode à fond. Et ça marche tellement bien. Je ne fais jamais très attention aux faux-raccords mais je les vois quand ils sont évidents, et je n'en ai jamais vu dans Sense8. C'est tellement bien monté, ça permet au spectateur de comprendre ce qu'implique d'être sensitif sans avoir besoin de l'expliquer aka pouvoir se retrouver dans un autre lieu ou un autre corps à travers les autres sensitifs. C'est pour ça que c'est plus simple de regarder la série pour comprendre. Bref c'est vraiment génialement fait et on y croit. 

    7 - La beauté des images 

    Parlons du dernier épisode de Sense8Comme dit précédemment, chaque image est tournée dans le pays où l'action est supposée se passer. Autant vous dire que les images sont magnifiques. On se retrouve totalement plongé dans chaque pays. Par exemple les scènes sur les toits de Paris, dans la boîte avec les couleurs ou dans d'autres épisodes comme la scène de la pride à Rio par exemple. Les scènes de sexe sont magnifiques et les scènes de fête où ils sont tous ensembles sont aussi fantastiques. Il y a un soucis de l’esthétisme hyper recherché et ça, si vous ne l'aviez pas encore compris, ça me touche particulièrement. Cette série est belle à regarder et ça ne fais jamais de mal pour apprécier une oeuvre visuelle. 

     

     

    6 - Les scènes d'action 

    Bien que j'ai dit avoir regretté le trop plein de violence de ce dernier épisode, il y a quand même quelques scènes d'action qui sont très Parlons du dernier épisode de Sense8représentatives de la série et qui montre à quel point ses scènes d'action sont stylées. Par exemple la scène de bagarre dans l'appartement parisien est géniale parce que les personnages qui savent se battre prennent possession du corps des autres sensitifs (on soulignera encore une fois le génie du montage qui nous fait comprendre ça hyper facilement) et c'est pour ce genre de scène que j'adore sense8 : quand la force des uns vient en aide des autres. Il y a une scène dans la saison un où presque tous les sensitifs viennent en aide à Nomi en lui prêtant leur compétence respective et c'est une des scène que j'aime le plus au monde, c'est teeellement stylé, et je jubilait déjà en la regardant pour la première fois (oui je l'ai reregardée)(plusieurs fois) (keskya). Je trouve ces scènes tellement bien filmées, tellement badass et c'est ça que j'aime dans Sense8. 

    5 -  Les intrigues 

    Parlons du dernier épisode de Sense8Bon là je me contredit un peu parce que j'ai dis avoir été un peu déçue par la non-conclusion des intrigues secondaires dans ce dernier épisode et par la conclusion plus que moyenne de l'intrigue principale. Mais je ne peux pas parler de cette série sans parler de toutes les histoires qui s'entremêlent. l'intrigue principale est haletante et on aime la suivre et a un grand impact sur l'histoire de chaque personnage, notamment sur celle de Nomi et Will. Mais ce que j'aime le plus c'est les histoires personnelles de chaque personnage, parce qu'elles permettent, à chaque fois qu'ils sont dans le pétrin (expression non usité depuis le XIX° siècle) (comme le terme 'usité'), l'intervention d'un ou de plusieursdes autres sensitifs pour les aider à s'en sortir. Chaque histoire est intéressante, on a envie d'en savoir plus à chaque fois. Pour donner un exemple l'histoire de Lito avec le fait qu'il soit obligé de cacher son homosexualité pour protéger sa carrière, et tous les développements qu'il y a avec Dani, ou bien l'histoire de Sun qui se fait enfermer à la place de son frère pour détournement d'argent de la compagnie de son père et qui dois survivre en prison. Bref c'est très bien fait, chaque intrigue nous tient en haleine et on a toujours envie d'en savoir plus. C'est la recette de bonnes intrigues de série. 

    4 - Les personnages et personnages secondairesParlons du dernier épisode de Sense8

    On arrive dans les éléments que j'aime le plus dans Sense8. Ce point et celui d'après sont très liés et en réalité de même importance pour moi. Les personnages de cette série sont fantastiques. D'abord les 8 personnages sont tous complexes et tellement bien développés, comme on peut le voir avec l'évolution de Wolfgang et de son histoire au début de l'épisode final et qui est trop intéressante. Dès le premier épisode de la série on sens que chaque personnage a son propre caractère, ses défauts et qualités, on sent qu'ils ont une complexité qui ne fait qu'évoluer et ça c'est assez fort parce que c'est rare de se sortir des clichés et des personnages stéréotypés et c'est ce qui fait que cette série est fantastique. Les personnages comme décrit dans mon résumé sont bien plus que ça. Mais ce qui l'améliore d'autant plus, c'est sa capacité à introduire des personnages secondaires au moins aussi attachants que les personnages principaux et avec un développement et des caractéristiques très bien pensé.e.s. Toutes ces raisons font que je serais incapable de vous donner un classement de mes personnages préférés. Je ne peux que vous donner des exemples. Après sans mentir j'ai un petit faible pour Wolfgang, c'est un peu débile mais j'adore son côté bre-son, badass et il est un peu le cliché de l'homme viril qui ne montre pas ses émotions mais son développement, notamment avec Kala et même avec son meilleur ami Felix est trop cool et casse ce cliché et c'est ça qui est génial, notamment avec l'explication de son passé qui est bien bre-son aussi. Et même, on le voit lorsque Kala "meurt", il laisse sortir ses émotions et ça fait tellement du bien et ça montre son évolution. Pour les personnages secondaires je les aime globalement tous, mais je kiffe Bug par exemple. Il est drôle, touchant et tellement important pour le déroulement de l'histoire. Et pareil, au début on pense que c'est un gros lourd mais en fait il est presque enfantin, un peu perdu et il montre à quel point il est affectueux et attachant au fur et à mesure de la série. 

    Chaque personnage, principal ou secondaire, est nécessaire à cette série, ou du moins le deviennent à leur introduction. Et chaque personnage apporte quelque chose aux autres, ce qui me mène au point suivant :  

    3 - Les liens entre les personnages (couples et bromances)

    Parlons du dernier épisode de Sense8C'est tellement important. Et tellement bien fait. Chaque personnage interagit avec les autres et créée des relations différentes et c'est jouissif. Et toujours utile pour l'évolution des intrigues etc.. comme je l'ai dit plus haut. Je suis tellement fan de la bromance Wolfgang/Lito dont on a un aperçu quand Wolfie (oui je l'appelle par son petit nom) rejoins tout le monde dans la maison de campagne du pote de Rajan. Ils sont tellement cool tous les deux, ils s'entraident à chaque fois et je les aime d'amour. Chaque personnage permet aux autres d'évoluer. Quand Kala a peur de faire l'amour avec Rajan pour la première fois, Sun la rassure et lui permet de décomplexer et de se rassurer. Et Sun aide Capheus à se battre et elle lui sauve toujours la mise (chut) et j'adore leur relation aussi. Capheus, surtout dans la saison un, apporte tellement de positivisme à chaque personnage, notamment à Riley et c'est trop chouette. Will est toujours prêt à aider tout le monde, quoiqu'il arrive. Et ce sont des exemples parmi tant d'autres. Je parle de bromance mais je pense que je ne trompe personne. Ce que j'aime aussi beaucoup dans cette série ce sont les couples/trio. La scène finale de la série et de l'épisode c'est vraiment un cadeau parce que je ship tous les couples/trio, et ça, c'est rares. Mais ilsParlons du dernier épisode de Sense8 sont tous bien construit, bien développés, expliqués. Que ce soit Riley et Will, Wolfgang et Kala, Sun et Mun (d'ailleurs ça fait soleil et lune jtrouve ça trop beau)... Ils ne sortent pas de nuls part, ils sont construit petit-à-petit et ceux qui étaient établis depuis le début (aka Lito et Hernando) sont mis à l'épreuve ce qui leur permet de se renforcer et de se développer. Je suis particulièrement fan du couple Kala/Wolfgang parce que, comme dit plus tôt, ils sont un peu comme le Yin et le Yang et ils s'apportent tellement l'un à l'autre. Kala apporte la douceur et le pacifisme à Wolfgang et inversement il lui permet de moins penser à ce qu'elle devrait ou ne devrait pas faire et à se concentrer un peu plus sur ce qu'elle veux pour elle-même. D'ailleurs ! Je ne vais pas mentir, l'idée au début que Kala, Wolfgang et Rajan forment un ménage à trois me dérangeait beaucoup, pas pour l'idée du ménage à trois mais dans ma tête de fangirl, Kala devait finir avec Wolfgang. MAIS en fait, je trouve que c'est une idée fantastique, parce que ça passe plein de messages géniaux. D'abord, que quand tu n'arrives pas à choisir, tant que les deux partenaires sont d'accord, alors tu n'as pas à choisir et que c'est ok. Ensuite encore sur le personnage de Wolfgang (déso après j'arrête), Lila lui dit qu'il est un peu vieux jeu dans ses relations sexuelles, et c'est vrai, mais du coup ça montre qu'il a évolué et qu'il est plus ouvert d'esprit qu'au début de la série, comme nous devrions tous l'être après avoir regardé cette série. J'adore aussi la relation entre Dani, Hernando et Lito qui montre aussi comment ils s'influencent les uns les autres. Bref je pense que vous avez capté. Je les ship tous. Et le détective Mun est fantastique. 

    2 - Les émotions 

    Parlons du dernier épisode de Sense8Ce dernier épisode est un parfait mix de ce que la série me fait ressentir à chaque fois que je la regarde. Elle me fait rire, comme au début avec l'arrivée de Bug à l'appartement parisien, ou bien la tête de Rajan qui apprend le fait que Kala soit une sensitive ou le bus de touriste. Elle me fait pleurer comme lors de la presque mort de Kala où j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps parce que j'y ai cru. Elle me fait jubiler comme devant la scène de bagarre du début ou la scène de presque évasion de Wolfgang. Elle me fait me sentir pleine de joie et d'amour comme devant la scène de mariage ou la toute dernière scène de l'épisode. Elle me fait peur comme lors de la scène ou Whisper attrape Amanita. Bref, elle me fait passer par des montagnes russes émotionnelles et j'adore ça. Je ne me suis ennuyée devant aucun épisode. Je trouve que c'est ce qui fait de cette série une oeuvre fantastique. Parce que j'ai beau être émotionnelle devant les films et les séries (ce n'est un secret pour aucune des personnes qui sont allées au cinéma avec moi), j'ai rarement ressenti autant d'émotion devant une série. Et c'est, pour moi, la preuve de la qualité d'une oeuvre visuelle. Et ça ne serait pas possible sans la justesse du jeu des acteurs. je voulais parler des acteurs mais je ne voulais pas faire un pavé sur eux. Je tiens juste à dire qu'ils sont incroyablement bien choisis et qu'ils jouent tous à merveille, ils arrivent à nous faire croire aux intrigues et à nous transmettre toutes ces émotions fortes, ils sont fantastiques. Et les images de tournages et même les photos qu'ils postent sur les réseaux montrent qu'ils s'aiment vraiment et qu'ils croient vraiment aux messages que portent la série et leurs personnages et ça, c'est beau. 

     

    1 - Les valeurs et messages Parlons du dernier épisode de Sense8

    Enfin, après avoir beaucoup déblatéré, et en ayant l'impression de pouvoir donner encore mille et un exemples, ce qui est, pour moi, le plus important dans cette série, c'est les valeurs et messages qu'elle transmet. Comment vous dire. La dernière image de l'épisode est un gode ceinture au couleur de la pride. Je crois que c'est assez clair. (Oh au fait, disclaimer, mieux vaut tard que jamais, si vous êtes inconfortables devant les scènes de sexe, ne regardez pas cette série. Si vous êtes racistes, homophobes et sexistes non plus, mais je sais pas trop ce que vous faites ici du coup). Bref, c'est une série qui promeut un message d'amour, de tolérance, d'inclusion, d'égalité, d'entraide, d'intersectionnalité. Chaque personnage porte ces valeurs, cette série est tellement belle par les messages qu'elle porte. Elle montre que nos compétences ne dépendent pas de notre sexe, genre, sexualité, couleur de peau, origine, religion, milieu social ou tout autre caractéristiques qui n'ont rien à voir Parlons du dernier épisode de Sense8avec le sujet. Hommes et femmes peuvent se battre (cc Sun), hommes et femmes peuvent avoir un métier scientifique et une position de pouvoir (cc Kala), hommes et femmes peuvent avoir des compétences en informatique (cc Nomi), on peut avoir du courage sans savoir se battre (cc Capheus), homme et femmes peuvent être émotionnels (cc Lito). Elle casse les stéréotypes du genre et de la sexualité. Elle brise les tabou du sexe aussi par exemple, les scènes où tous les corps s'entremêlent et se mélangent sont magnifiques parce qu'elles portent en elle-même ce message de respect, de mélange, d'inclusion et même si elles ne sont pas hyper réalistes, elles montres que le sexe ne doit pas être vu comme quelque chose de sale, que c'est beau. Elle brise les clichés de la transsexualité, de l'homosexualité. La scène de la pride à Rio est tellement puissante, la réaction de la mère de Lito est tellement importante et la scène finale de la série est tellement belle, tellement réelle. Et puis ce que je trouve hyper important, c'est le fait qu'elle introduit plein de cultures différentes et ne fait pas prévaloir laParlons du dernier épisode de Sense8 culture occidentale sur les cultures kenyanne, indienne ou coréenne. Chaque acteur vient du pays dont son personnage est originaire et chaque scènes sont tournées dans les pays dans lesquels l'action se passe, avec des figurants du pays en question. C'est rare dans les série et c'est hyper important symboliquement et pour la représentation de ces pays et cultures. Par exemple, le Kenya est montré comme un pays pauvre certes mais pas que : quand on pense pays d'Afrique subsaharienne on pense pauvreté, tristesse, bidonvilles et rien d'autre. Mais la série montre un pays pauvre, certes mais tellement plus que ça. C'est difficile à décrire mais ne serait-ce qu'avec le personnage de Capheus qui est très positif et même le personnage de Zakia (la journaliste) on sort de ce cliché de pauvreté, ignorance, manque d'éducation total etc.. Cette série casse aussi les clichés de la 'famille traditionnelle' avec les parents d'Amanita qui a trois pères, parce que sa mère n'a jamais voulu vérifier l'ADN et ça leur convient tous très bien comme ça.

    Parlons du dernier épisode de Sense8Il y a une scène en particulier que j'aime beaucoup et qui résume à peu près toutes ce contre quoi la série se bat, elle est dans l'épisode spécial Noël. C'est une scène dans laquelle chaque personnage du cercle se vois attribuer un cliché, "Faggott" (qui veut plus ou moins dire pédé) (ça me fait mal de l'écrire) pour Lito, "vierge" pour Kala (qui dit une phrase tellement belle et vraie à Rajan après), "slut" (qui se rapproche de 'salope' ou 'pute' pour Riley,, "freak" qui veut à peu près dire "monstre pour Nomi, "pig" qui serait "poulet" en français pour insulter les policiers pour Will, le "n" word pour Capheus, 'nazi' pour Wolfgang et 'bitch' pour Sun. Tout ces stéréotypes, ces insultes et ces mots dégradants sont tout ce contre quoi la série se bat. En somme, c'est une série importante parce qu'elle brise tant de clichés, elle permet de faire évoluer les mentalités, d'ouvrir les esprits. Il FAUT la regarder. C'est un ordre. 

     

     

    Je crois qu'il est temps de conclure. Je sais que c'est un gros et long article, maie je vous jure, je pourrais parler encore des heures de Sense8. D'ailleurs si vous voulez débattre, faire des remarques ou réagir, l'espace commentaire est ouvert, je vous en pris, j'adore parler et débattre de ce qui me plaît et je vous répondrai avec plaisir. Je suis vraiment une grosse fangirl de manière générale, mais quand on arrive à Sense8, je suis hystérique (et je ne dis pas ça de manière péjorative). Je pourrais parler de tellement de scène que j'aime d'amour, décrypter et parler de tous les personnages, principaux et secondaires, un à un tellement j'ai de choses à dire sur eux et tellement je les aime. D'ailleurs je peux faire ça si vous voulez dans un autre article mais je pense que vous en avez déjà marre de moi qui parle de Sense8. J'espère, malgré tout, avoir réussi à vous convaincre que cette série est fantastique et que vous aller la regarder si vous ne l'avez pas vu. Je me répète, mais je trouve que c'est très important de la regarder parce qu'elle fait passer tellement de beaux messages. Je regrette qu'elle ait du se finir aussi tôt. Mais il faut se faire une raison et ça reste une aventure qui vaut d'être vécue. Pour tout ça, je ne remercierai jamais aux réalisatrices, les soeurs Wachowski, d'avoir fait exister cette série. 

    Allez, à la semaine prochaine, je vais essayer de sortir un article en plus pour me rattraper de l'article que je n'ai pas sorti, 

    La bise

     

    Parlons du dernier épisode de Sense8

    Pin It

    votre commentaire
  •       Nous en sommes à la quatrième édition de cette catégorie d’articles, et après cet article, il en restera encore 4 ! Je n’avais pas réalisé en commençant cette catégorie que ça allait être aussi long. Mais j’aime toujours le concept de rétrospective sur mes séries au travers d’un personnage, alors même si c’est long, accrochez vous avez moi. Surtout, que l’article du jour vaut le coup, puisque je vais mettre à l’honneur des femmes fortes, complexes, et bien travaillés. J'ai pris conscience en écrivant l'article que sur neuf femmes, il n'y en avait qu'une non-blanche ce qui me dérange énormément mais le problème est que 7 de ces séries se basent sur un cadre historique et que hormis Pose du coup, elles ont très peu voir pas du tout de personnage noirs, donc ma sélection reflète ça mais je voulais le mentionner parce qu'on a besoin de plus de représentations de femmes noires ou non blanches dans les séries. 

     

    Une série = un personnage | Strong womenThe astraunaut wives club (2015) | Rene Carpenter

          La raison pour laquelle j’aime autant cette série, c’est le panel de femmes fortes et intéressantes qu’elle nous offre. The Astraunaut Wives Club raconte l’histoire des femmes des tous premiers astronautes du programme Mercury, qui ont accepté une série de reportages pour le magazine « Life » dans le cadre d’une propagande, pour présenter la famille parfaite américaine. On a donc sept femmes, toutes plus intéressantes les unes que les autres, dont ma préférée est René. Au premier abord, René, c’est la superficielle du groupe, celle qui ne respecte pas le dress code de la Nasa parce « qu’ils ne sont pas Christian Dior ». En réalité, René est bien plus que ça (même si cette scène me fait beaucoup rire). René c’est une femme fondamentale optimiste, elle croit en un monde meilleur et surtout elle est prête à s’investir pour rendre ce monde meilleur. Elle s’investit dans plusieurs campagnes politiques et est réellement affectée par les défaites/morts des candidats. De ce que l’on en voit dans la série, elle a une relation saine et heureuse avec son mari, mais elle ne s’abandonne pas pour lui ou ses enfants. Au contraire, elle sait se faire passer en premier et suivre son propre chemin. Et quand elle commence une carrière journaliste, elle fait bien comprendre à tout le monde qu'elle n'est pas là pour être un joli visage, mais bien pour parler, et parler des femmes en l'occurrence. Une des scènes que je retiendrai toujours de la série est celle de son live télé, où au dernier moment, on lui demande de parler de pâtisserie, et où elle arrive à détourner ça pour parler de ce dont elle voulait parler, la contraception. Rene est une femme fantastique, interprétée qui plus est par une femme fantastique, Yvonne Strahovski.

     

    Pose (2018-) | BlancaUne série = un personnage | Strong women

          Si vous ne pouviez regarder que deux séries de cet article, je vous dirai de regarder The Astraunaut Wives Club et Pose, avec une priorité pour pose. Pose en plus d'être une série à l'esthétisme magnifique, c'est une série super important en terme de représentations. En effet, elle se concentre sur la "sous" culture LGBT+ des années 80, l'époque de l'essor des bals. On a donc non seulement des personnages queer (série avec le plus grand nombre de personnages trans interprétés par des actrices trans) mais aussi des personnages racisés, puisque toute l'idée de "realness" des bals repose sur l'idée de "passer pour des personnes cis/hétéros blanches". Dans cet univers gravite pleins de femmes très intéressantes, qui soulèvent pleins de questions différentes. J'ai choisi Blanca tout simplement parce que c'est une personne en or. Elle décide de lancer sa propre maison et recueille plusieurs personnages en difficulté. Elle remplit parfaitement son rôle de mère en leur donnant un cadre, de l'affection, un foyer pour s'épanouir et où ils sont entièrement acceptés. Elle lutte, travaille, dure pour sa maison, est capable de pardonner, bref Blanca ce n'est pas la mère parfaite parce qu'elle n'hésite pas, mais c'est une bonne mère qui essaie d'être la meilleure femme et mère possible. Toutes ses relations sont super intéressantes et bien travaillés, que ça soit avec ses enfants, son meilleur ami Prey Tell, ou son ancienne mère Elektra (j'aimerais voir encore plus de scènes d'elles + des flash-back de leur relation.). Pour finir sur une phrase niaise, Blanca c'est l'âme de la série. 

     

    Une série = un personnage | Strong womenThe Deuce (2017-) | Eileen "Candy" Merrell

           The Deuce, c'est une série qui se concentre sur l'essor de l'industrie pornographique aux Etats Unis dans les années 1970, et sur la prostitution à l'époque qui a grandement joué dans cet essor. On suit donc les aventures de plusieurs prostituées et de leurs macs, et j'aurai pu choisir n'importe quel personnage féminin de la série, parce qu'elles sont toutes extrêmement bien travaillées et interprétées. Au milieu de tous ses personnages féminins, il y a Eileen qui mérite tellement sa place centrale dans la série. Sans trop vous en dire, Eileen s'est prostituée pendant des années sous le nom de "Candy" et a toujours refusé d'avoir un mac, pour ne pas diviser son argent et pour ne surtout pas avoir à suivre les ordres d'un homme. Après trop d'humiliations et de violences, elle décide de se lancer dans l'industrie pornographie, mais pas pour être devant la caméra, mais bien derrière. Dès les premiers épisodes, on s'attache très vite à Eileen parce qu'on voit et qu'on ne peut qu'admirer sa détermination. Eileen, c'est la définition même de "si on te claque la porte au nez passe pas la fenêtre". En plus de son courage, elle a un coup d'avance sur son temps, et va réellement chambouler le monde de la pornographie. Et en plus de cela, elle ne rejette pas le milieu dans lequel elle est. C'est important parce qu'Eileen, elle a réussi à s'en sortir, mais s'en sortir ça ne veut pas dire quitter ce milieu. Y a pas de blâme des prostituées ou de la pornographie, y a un blâme du traitement des prostituées par les macs, la société, les clients et les hommes. Eileen, elle réussit en tant que productrice de porno, et elle n'en a pas honte, sa réussite, c'est son indépendance. 

     

    The handmaild's tale (2017-) | EmilyUne série = un personnage | Strong women

          The handmaid’s tale présente pour moi quatre figures de femmes fortes, avec Jude, Emily, Moira et Janine. Elles auraient toutes leurs places dans cet article, parce qu’en femme forte, on fait rarement mieux. J’ai beaucoup hésité entre Janine et Emily, parce que je trouve que Jeanine apporte vraiment toute cette dimension d’innocence brisée, de martyr et littéralement toutes ses scènes dans la seconde saison m’ont fait pleurer. Mais j’ai choisi Emily, parce que pour moi, c’est la figure de la lutte contre l’organisation. Elle s’est engagée elle-même dans la lutte, parce qu’il était impossible pour elle de rester passive face à ce qui se passait. On l’a mutilé physiquement et moralement, on lui a tout pris, et elle trouve encore la force de lutter. Ses flash-back sont parmi les meilleurs parce qu’on voit qu’elle a déjà lutté pour les droits LGBT, pour épouser sa femme et adopter, et on peut voir la fatigue et la peur de devoir revivre toutes les discriminations et toute la lutte. Et malgré cette fatigue, cet épuisement qu’on ressent au travers de son physique, elle continue à se battre. Même à bout de forces dans les colonies, elle continue à agir en fonction de ce en quoi, elle croit (la scène avec l’Epouse est fantastique, son discours est fantastique.) 

     

    Une série = un personnage | Strong womenHarlos (2017-) | Margaret Wells

           Harlots, c'est une série qui suit l'histoire de deux maisons closes rivales en 1763, dont une tenue par Margaret Wells. Elle n'est pas vraiment populaire parmi les fans de la série, et pour cause, elle a entraîné ses filles dans la prostitution, a fait des enchères sur leurs virginités et bien qu'elle a fait en sorte qu'elles aient un gardien noble (entendre par là un seul client qui les entretiennent) plutôt que des centaines de clients, elle n'est pas très réceptive aux malheurs de ses filles. Le titre de mère de l'année n'est donc définitivement pas pour elle. Mais malgré cela, dire que c'est une mauvaise mère est pour moi une lecture un peu trop facile. Margaret, elle a été abandonnée par sa mère et est devenue prostituée très tôt, quel avenir pouvait, elle offrir à ses filles ? Elle a choisi de garder ses filles, ce qui n'est pas forcément courant dans les maisons close à l'époque et elle les aime sincèrement. Elle ferait tout pour elles et dans sa tête le seul moyen de survivre dans ce monde, c'est en possédant de l'argent, et le meilleur moyen pour cela en étant prostituée, c'est d'avoir un gardien noble. Est-ce que ça suffit pour légitimer tous ses actes, non-bien sûr que non. Mais Margaret ce n'est pas qu'une vulgaire marâtre qui aurait vendu ses filles pour se faire un maximum. C'est un personnage complexe, qui peut être très attachant, très attentionné notamment envers ses filles, et en même temps intraitable, parfois méchant. Elle a les relations les plus intéressantes à mes yeux, puisque chacune est travaillée pour révéler une partie de sa personnalité. Avec la marâtre de la maison rivale, pour qui elle a travaillé, on comprend pourquoi elle est aussi dure. Avec sa meilleure amie avec qui elle a commencé à se prostituer, on voit l'idéal qu'elle avait en tête quand elle a ouvert sa propre maison, avec son compagnon, on voit sa partie plus tendre et avec ses filles, on voit toutes les erreurs qu'elle a pu commettre et en même temps son amour sans limite. Margaret Wells, ce n'est définitivement pas un modèle de bonté, mais c'est un modèle de femme forte, qui lutte pour s'en sortir et qui malgré ses erreurs, se soucie sincèrement des gens qui l'entourent.

     

    Downton Abbey (2010-2015) | Sybil CrawleyUne série = un personnage | Strong women

           Downton Abbey, c'est l'histoire d'une famille noble et aisée et de leurs domestiques au début du XX° siècle. La série regorge de personnages intéressants et complexe, mais je pense ne pas trop m'avancer quand je dis que Sybil (au côté de Violet Crawley, joué par l'incroyable Maggie Smith) est le personnage préféré de la majorité des fans. Ou en tout cas, elle fait l'unanimité. Là où ses sœurs divisent, parce qu'il faut l'avouer même si je les aime beaucoup elle sont agaçantes, Sybil met tout le monde d'accord. Tout simplement parce que dès l'épisode un, on est plongé dans cet environnement très conservateur, où chacun à sa place, et Sybil dès le début casse cette image-là. Et c'est d'autant plus rafraîchissant parce qu'elle fait partie d'une famille noble. Les personnages de la famille ont des mésaventures oui, mais ils sont quand même extrêmement privilégie et voir une des membres remettre en cause ses privilèges et essayer de faire évoluer les choses, même avec des petites actions, c'est agréable. L'actrice, Jessica Brown Findlay est fantastique (vous pouvez aussi la retrouver dans Harlots, où elle joue la fille ainée de Margaret Wells!) Seul point négatif, je n'ai vraiment pas aimé la fin du personnage.

     

    Une série = un personnage | Strong womenWestworld (2016-) | Dolores Abernathy

           Si j'ai fait un choix plutôt conventionnel en choisissant Sybil, ce n'est pas du tout le cas en choisissant Dolorès. Si vous ne connaissez pas Westworld (où étiez-vous ces dernières années?) c'est l'histoire d'un parc d'attractions où les visiteurs peuvent revivre la conquête de l'ouest grâce à des androids à l'apparence humaine. Mais ces derniers commencent à avoir des comportements un peu imprévisibles. Des commentaires que je peux voir sur la série, on n'est pas nombreux à aimer Dolorès, et sincèrement, je ne comprends pas. Je comprends qu'on peut la trouver agaçante, qu'on puisse trouver ses choix et actions détestables. Mais en même temps Dolores c'est un android qu'on a torturé, violé, utilisé encore et encore. Je trouve que c'est suffisant pour justifier son désir de vengeance et le fait qu'elle ne pense qu'à ça. On l'oppose souvent à Maeve, que j'adore, et cette opposition est d'ailleurs super intéressante e parce qu'elle représente deux idéologies totalement différentes sur le monde, sur la liberté et sur la recherche d'un sens à donner à sa vie. Mais très sincèrement quand j'y pense, je pense que je réagirai plus comme Dolorès et j'apprécie beaucoup plus les moments de la saison 2 où on la voie. Dolorès, c'est un personnage fort qui en a assez d'être une poupée et qui veut renverser la balance. C'est pour moi le personnage le plus intéressant de la série et j'ai hâte de voir ce qu'elle nous réserve pour la saison 3. 

     

    Versailles (2015-2018) | PalatineUne série = un personnage | Strong women

          Je ne suis pas sûre que Palatine soit mon personnage préféré de la série, mais j'avais envie de la mettre en avant parce qu'elle apporte beaucoup à la série. Déjà rien que dans l'atmosphère elle apporte un vent d'air frais, loin des conventions guindées et très superficielle, Palatine est franche, vraie et surtout sympathique. C'est probablement la seule personne que vous ne trouveriez pas détestable dans la vraie vie. Ensuite, elle détonne des autres personnages féminins. Bien que j'en aime plusieurs, il faut admettre qu'elles sont toutes représentés soit comme des objets des potentielles maîtresses, soit comme des manipulatrices, ou les deux (exception faite de Claudine, un superbe personnage également). Palatine détonne parce qu'elle n'a pas évolué à la cour de Versailles, elle n'a donc pas tout cet aspect manipulateur, et quand elle s'y essaie c'est peu fructueux parce qu'elle n'est juste pas faite pour ça, elle est beaucoup trop entière. C'est ce côté de sa personnalité qui lui permet d'avoir une vraie relation avec le roi, puisqu'elle ne lui ment pas (j'allais dire que le fait qu'elle soit sa belle sœur empêche une relation sexuelle entre les deux, mais j'oubliais que ces détails n'arrêtaient pas Louis). J'aurai aimé voir encore plus Palatine, surtout dans la dernière saison avec la relation qu'elle avec ses enfants et surtout avec monsieur, j'aurai aimé encore plus de moment de complicité parce que leur trio avec le chevalier marche vraiment bien.

     

    Une série = un personnage | Strong womenVictoria (2016-) | Victoria

          J'ai quelques réticences vis-à-vis de ce personnage, mais c'est parce qu'historiquement parlant il y a plein de choses à redire. C'est le cas pour Versailles aussi, évidemment, mais je trouve que Versailles touche moins à l'essence de ses personnages. Louis peut avoir des aspects sympathiques, mais la série insiste bien sur sa cruauté et son autoritarisme. Victoria en revanche présente selon moi un portrait un peu trop embelli de la reine Victoria, symbole de pureté et d'innocence. Mais si on met ces considérations historiques de côté et qu'on se concentre sur la série, Victoria est un personnage très intéressant. On suit son évolution en tant que reine, mais aussi en tant que femme. La série se focalise beaucoup sur sa relation avec Albert (couple goal un peu d'ailleurs.) et ça aurait pu avoir un effet négatif sur le personnage. En effet, le fait qu'elle soit reine à créer quelques conflits avec Albert parce qu'est bien avoir une femme qui a un plus grand rôle que vous, de plus grandes responsabilités, c'est compliqué aujourd'hui, alors à l'époque ça l'était encore plus. Et les scénaristes auraient pu traiter ça de manière catastrophique, en la faisant se sacrifier pour la paix de son couple. Mais non, elle est la femme d'Albert, mais aussi la reine du Royaume-Uni, et elle n'abandonnera pas ses responsabilités. C'est cette pluralité de fonctions et de rôles qui rend le personnage intéressant. De plus, Jenna Coleman est fantastique dans le rôle. 

     

     

    Et vous, quelles sont les femmes fortes de série qui vous ont marqué et qui auraient leurs places dans cet article?

    Pin It

    votre commentaire
  •  

          On clôture les séries d'ado avec cet article! Contrairement à l'article précédent, même si ces séries ne sont pas parfaites, qu'elles peuvent avoir des côtés problématiques ou que juste qualitativement ce ne sont pas les meilleures, je les recommanderais sincèrement, aux adolescents mais pas que! 

     

    Une série = un personnage | Catégorie série d'ado #2

    Faking it (2014-2016) | Lauren Cooper

          De base, je voulais mettre cette série dans la guilty edition, parce qu’elle ne m’avait pas marqué plus que ça et que je trouvais qu’il y avait trop de séries dans cet article. Mais quand j’ai commencé à l’écrire et à m’en rappeler, je me suis dit qu’elle ne le méritait pas du tout. Petite sœur d’Awkward (dont je vous parlerais dans le prochain article de cette catégorie), la série part d’un postulat intéressant : un lycée où les codes de popularité sont renversés, et où être un ‘outsider’ est cool. Et la raison pour laquelle elle ne mérite pas d’être guilty, c’est que contrairement à beaucoup de séries ado elle n’est pas du tout problématique. Déjà, elle traite de pleins de sujets de manière très bienveillante, comme l’homosexualité, la recherche de son identité sexuelle, l’hermaphrodisme, la transsexualité et de manière générale les relations amicales. Elle ne place pas des standards de beauté inimaginable pour des ados, même si Karma a toujours un look au top. Donc vraiment, pas guilty, même à conseiller pour le début de l’adolescence. J’ai choisi le personnage de Lauren, assez étrangement parce que là où la série prône les outsiders, Lauren est la caricature de la fille blonde populaire. Mais je trouve son développement très intéressant, dans sa relation avec Amy, dans ses relations amoureuses et dans l’acceptation de son hermaphrodisme. Tous les personnages sont intéressants et agaçants de manière égale, à part Liam dont vraiment, je ne comprends pas l’intérêt, donc j’aurai pu tous les mettre, mais Lauren se détache un peu parce que je la trouve peut-être plus attachante. 

     

    Glee (2009-2015) | Rachel BerryUne série = un personnage | Catégorie série d'ado #2

           Je vais être honnête, c'est un choix par dépit. Je n'arrivai pas à trouver un personnage de la série qui me plaisait réellement au point de le mettre en avant. Ce n'est pas que je les déteste tous, loin de là, mais aucun ne se distinguait dans ma tête. Et puis j'ai pensé à Rachel. Oui, elle est insupportable, oui, elle est égoïste, oui c'est madame, je sais tout, mais Rachel c'est le glee club. Ce n'est pas étonnant qu'elle soit le personnage principal de la série et que les scénaristes aient décidé de se concentrer sur elle après le lycée parce que c'est un peu l'âme de la série, ce désir brûlant de suivre ses rêves coûte que coûte. Alors oui, elle m'a agacé, mais comme tous les autres, ça n'empêche que j'aie toujours pensé qu'elle était bien construite. Des craquages dûs au fait qu'elle se mette trop de pressions aux prises de conscience après avoir pris la grosse tête. Mais aussi dans l'évolution de ses relations, notamment avec Kurt et Santana. Sans compter que pour moi, c'est la meilleure soliste de la série. C'est pourquoi Rachel est celle qui se démarque le plus. 

     

    Une série = un personnage | Catégorie série d'ado #2Skins (2007-2013) | Chris Miles

          Ce n’est pas seulement que Chris est mon personnage préféré de Skins, c’est aussi que je pense sincèrement qu’il est le meilleur personnage. Je parle des deux premières générations principalement parce que je me suis arrêté à la saison 5 et honnêtement la dernière génération avait très peu d’intérêt à mes yeux. Chris déjà, c’est un des rares personnages qui ne m’a jamais soûlé ou que je n’ai jamais détesté. Et ce, pour une excellente raison, Chris, c’est pour moi le personnage le plus touchant de la série. Il peut prendre des mauvaises décisions, mais comme c’est un enfant qui n’a jamais réellement grandit, on lui pardonne parce qu’on sait qu’il est juste perdu dans sa vie. Je vous mets le lien d’un extrait où il parle du meilleur jour de sa vie parce qu’elle représente exactement qui est Chris, et pourquoi je l’aime autant. 

     

    Awkward (2011-2016) | Matty McKibbenUne série = un personnage | Catégorie série d'ado #2

           J'ai beaucoup hésité parce qu'une chose à savoir sur Awkward c'est que les personnages sont fait pour être agaçants. Ce sont des ados, il n'est pas du tout question de les glorifier, les embellir. Contrairement à beaucoup de séries de ce genre, et malgré le fait que les acteurs soient évidement trop vieux pou jouer des gens de cet âge, on arrive facilement à roire que ce sont des adolescents. Donc, ils m'ont tous agacés, même Matty. Mais quand j'y repense, il reste le personnage que j'aime le plus. Il peut être très idiot, ces intrigues ne sont pas toujours les plus intéressantes, mais l'evolution de son personnage au travers de sa relation avec Jenna (qui est de loin la plus agaçante de tous) est vraiment très bien faite. Attention je ne parle pas de la relation en elle même où ils se séparent et se remettent ensemble encore et encore, non je parle de Matty dans cette relation. Il passe du total abruti, à celui qui est attentif, qui se soucie réellement de Jenna. Je pense surtout à cette scène où Jenna le remercie d'avoir été son héro et qu'il lui répond que c'est ce qu'il a toujours voulu être Ca peut paraître un peu niais, mais sur le moment c'est pas gênant parce que c'est dans la logique du personnage de Matty, qui peut être un peu bête, maladoit mais qui est fondatalement bon. +++  depuis desperate housewives je voue un amour sans faille ) Beau Mirchoff.     

     

    Une série = un personnage | Catégorie série d'ado #2The 100 (2014-) | John Murphy

          The 100 a un panel de personnages assez intéressant, c’est même une des forces de la série, malheureusement à mes yeux, certains mériteraient une meilleure écriture. En effet, j’aurai pu parler de Jasper, qui était clairement le favori du public lors de la première saison, mais son évolution a été assez chaotique. J’aurai pu parler d'Octavia, qui a éclipsé tous les autres personnages à mes yeux dans la dernière saison, mais ça ne me fait pas oublier les deux saisons d’avant où les scénaristes n’ont pas su gérer le côté guerrier sans cœur qu’ils ont tant voulu lui donner. J’aurai pu parler de Bellamy, dont la construction est assez réussite, mais j’ai du mal à savoir si je l’aime autant parce que le personnage est vraiment bien ou si parce que je suis hypnotisée par la beauté de Bob Morley. C’est donc assez naturellement que je me suis tournée vers Murphy qui est pour moi LE personnage intéressant de la série. On commence sur un personnage très cliché et on a une évolution très peu clichée. 

     

    My mad fat diary (2013-2015) | Rae EarlUne série = un personnage | Catégorie série d'ado #2 

          J'adore le personnage de Rae parce que je le trouve vraiment réalise. Soyons honnêtes les showrunners/scénaristes ont vraiment du mal à représenter des personnages en surpoids. Déjà, souvent, on n'en voit pas ou très peu (la preuve dans les séries présentées dans cet article, hormis Glee et Awkward vraiment très légèrement, il n'y a pas de personnages gros). Donc, déjà, quand il y en a, c'est un petit miracle, mais après, il faut voir comment ils sont traités. Il y a le risque de tomber dans des clichés, mais aussi celui d'embellir la personnalité du personnage. Je veux dire par là qu'on va rendre le personnage très sympathique, ou alors doté d'un talent fou, parce que vous comprenez, il ne peut pas en plus de ne pas rentrer dans les critères de beautés, ne pas être sympathique ou intelligent sinon on aurait le droit à un magnifique "il n'a rien pour lui". My mad fat diary ne fait pas du tout ça. Rae c'est un personnage complexe avec plein de qualités, mais aussi pleins de défauts. Elle peut être tantôt touchante comme agaçante. On est pas là pour avoir pitié d'elle, mais pour sincèrement ressentir sa peine. Dan sa relation avec sa mère, avec sa meilleure amie, avec la nourriture, Rae est un personnage bien construit et réaliste.

     

    Une série = un personnage | Catégorie série d'ado #2Teen wolf (2011-2017) | Stiles Stilinski

          Ce choix était pour moi évident et pour vous doit être très peu surprenant, puisque Stiles est le personnage préféré de la majorité des personnes ayant vus teen wolf. Bien sûr les premières choses qu'on a envie de souligner, c'est à quel point il est marrant, que c'est le personnage avant l'arrivée de Mason qui détendait la situation avec son humour. Mais en y réflechissant un peu plus, Stiles apporte quelque chose de vraiment indispensable à la série, à savoir que dans la bande originelle, il est le seul humain. Dans cet univers où on voit des ados sauvaient leur ville encore et encore, se sacrifier, Stiles est une piqûre de rappel que ce sont justement des ados qui n'ont pas forcément les épaules pour affronter tout ça. Il le crie à Scott "some of us are human". Comment peut-on attendre de lui qu'il prenne constamment les bonnes décisions alors qu'il a 17 ans? Et parallèlement à cet aspect, je ne suis pas un super-héros, c'est peut-être le personnage le plus héroïque. Il n'a pas les pouvoirs de ses amis, il n'a pas leur confiance en soit, et malgré tout, il combat avec eux. C'est la marque de courage et la marque d'heroisme la plus importante. Pour toutes ses raisons Stiles est mon personnage préféré (+++ Dylan O'Brien). 

     

    The vampire diaries (2009-2017) | Kai & Katherine Une série = un personnage | Catégorie série d'ado #2

           Une chose que l'on peut reconnaître à vampire diaries, c'est que la quasi-totalité des "méchants" sont réussis. Alors oui, on peut les voir comme un peu trop cliché par certains aspects, et un peu trop fait pour plaire aux dos, mais en même temps, c'est une série d'ado on peut pas trop lui en demander non plus. J'ai choisi Kai et Katherine pour la même raison qui m'a poussé à choisir Cruella dans OUAT, à savoir qu'ils ne sont pas tombés dans le côté mielleux de "c'est des méchants, mais au fond, c'est des gens bien qui cherchent qu'à être aimé". Non, Kai et Katherine ne sont pas des bonnes personnes et ils restent dans cette logique, ils prennent pas des décisions complètement irréalistes vis-à-vis de leurs personnalités comme a pu le faire Klaus par "amour" pour Caroline. Ca ne veut pas pour autant dire qu'ils sont juste méchants point. Les scénaristes leur apportent des touches d'humanité et c'est bien réussi, je pense notamment à l'amour de Katherine pour Stefan et à sa relation avec sa fille. C'est un peu moins le cas pour Kai, mais c'est compensé par un humour très bien dosé. Leurs fins m'ont assez déçu, je trouve qu'ils méritaient quelque chose d'un peu plus grandiose même un peu plus respectueux, je dirais de la part des scénaristes.

     

    Voila, nous en avons finis de cette catégorie, et vous quels sont vos personnages préférés de séries d'ado? 

    Pin It

    1 commentaire
  •       Bonjour et Bienvenu(e)s dans la deuxième édition d’une série = un personnage. Le premier article était consacré aux séries de mon enfance/pré-adolescence, dans la logique, le deuxième concerne les séries de mon adolescence (je compte environ entre 13 et 17 ans). J’avais 14 séries dans cette catégorie et donc j’ai décidé de les diviser en deux groupes pour que ça ne fasse pas trop dans un article. Voici la première catégorie, la guilty edition. Pour dire vrai, le nom est assez mal choisi, parce que si une série vous plaît vous ne devez pas vous sentir honteux de l’aimer même si objectivement ce n’est pas la meilleure série du monde. Donc cette édition n’est pas tant à propos de honteux ou pas, mais concerne plus les séries que je ne conseillerai pas forcément pour différentes raisons. Donc ne soyez pas heurté si votre série préférée est dans cette sélection, après tout ce n’est que mon avis. Il peut y avoir certains spoilers, mais assez mineurs. 

     

    Une série = un personnage | Catégorie série d'ado #1 guilty editionReign (2013-2017) | Francis II

          Oui, Reign fait partie de la guilty edition, non Reign n’est pas une mauvaise série. Pour une série qui ne se passe pas dans un lycée, on fait difficilement plus ado. Les triangles amoureux, le drama, l’esthétique, le drama, les intrigues, le drama. Honnêtement, si on ne se basait que sur les deux premières saisons, la série ne serait probablement pas dans cette catégorie, c’est le too much des deux dernières saisons, et particulièrement la tournure de la saison 4 qui me fait dire que même si la série a un bon potentiel, ne pas la regarder n’est pas une perte. Cependant, la série avait justement un bon potentiel, notamment avec ses personnages, dont mon préféré : Francis. On peut oublier toutes considérations historiques parce que les personnages n’ont de vrai que les noms et quelques événements. Francis est pour moi le parfait prince charmant, mais pas la version ennuyeuse, non la version vraiment idéale. Il est bienveillant, attentionné, courageux, etc. et la série a bien réussi à présenter ses mauvais côtés sans le tourner en « tout le monde à sa part d’ombre ». D’une certaine manière, même si je déteste les triangles amoureux, il me les a rendu plus supportable. Malheureusement l’intrigue de son personnage dans la saison 3 est pour moi vraiment ennuyante, prévisible et redondante. On retourne dans un manque de confiance avec Mary, dans un autre triangle amoureux. J’ai tenu bon parce que malgré ça, Francis, je l’aimais d’amour et puis, arrive l’évènement. C’est un assez gros spoiler donc je vous l’épargne, mais si vous l’avez vu vous savez de quoi je parle. Oui, historiquement, il fallait que ça arrive, mais ils ont changé tellement de choses dans l’histoire qu’ils auraient pu trouver un moyen ou en tout cas ne pas le faire arriver de cette manière. La série m’a définitivement perdue à ce moment-là. Il y a pleins d’autres personnages très intéressants : Catherine, Elizabeth, Kenna, Narcisse et Charles et bien évidemment Mary. On peut tous leur reprocher la même chose, leurs écritures tombent souvent dans le too much et ils retournent toujours dans leurs anciennes habitudes ce qui fait que même s’ils évoluent, j’ai souvent eu l’impression de faire du sur place. Ce qui est le cas pour Francis aussi, mais je ne suis probablement pas objective sur Francis. Parce que de nouveau, Francis, c’est le love. 

     

    Pretty Little Liars (2010-2017) | Spencer HastingUne série = un personnage | Catégorie série d'ado #1 guilty edition

          Encore une fois, si on se base sur les deux premières saisons, sa place dans ce classement est discutable. Mais soyons honnêtes après ça, elle est plus que méritée. La série part dans des détours improbables, toujours plus dramatique et tirés par les cheveux. J’arrête rarement des séries, et celle-ci, je l’avais arrêté jusqu’à ce qu’une amie me convainque que la maison de poupée relevé le niveau. Ce qui est vrai, pour quelques épisodes, et puis c’est de nouveau mauvais juste mauvais. Mais j’ai fini la série, et la fin ne m’a pas déplu comme à beaucoup. Peut-être que le fait que les dernières saisons soient mauvaises à mes yeux fait que rien ne pouvait être vraiment plus mauvais. Dans ce grand foutoir qu’est la série, certains personnages valent quand même le coup. Je dirai que toutes les filles, excepté Emily que je ne supporte pas, ont quelques choses de vraiment intéressants. J’ai adoré Aria dans la dernière saison, parce que pour moi, c’était la seule qui réagissait de manière vraiment humaine. Hannah à un côté très brute de décoffrage qui ai très rafraîchissant. Alison avait un potentiel si intéressant dans les flashbacks, mais oui SPOILER quand elle revient, je ne comprends sincèrement pas ce que les scénaristes ont essayé de faire avec elle. Je pense que la raison pour laquelle j’ai choisi Spencer est le jeu d’actrice de Troian Bellisario, qui sort vraiment du lot. Elle interprète à merveille toutes les différentes personnalités de Spencer. Je trouve aussi que son écriture est la meilleure (hormis le court épisode avec A, et parfois sa relation avec Toby) mais par exemple qu’elle se révèle être le maillon faible est pour moi un des meilleurs moments de la série. Bref, je vous dirai de ne pas perdre votre temps à regarder 7 saisons pour un suspense bancal, avec des rebondissements dramatiques pas nécessaires, pour une conclusion un peu risible. Mais on peut reconnaître à la série un bon potentiel, souvent mal développé, mais présent, dans ses personnages principaux.  

     

    Une série = un personnage | Catégorie série d'ado #1 guilty editionOnce Upon A Time (2011-2018) | Cruella Devil

          J’ai sincèrement beaucoup aimé les premières saisons, c’est toujours divertissant de voir les contes de notre enfance reprient d’une manière différente, de comprendre les références, et même de voir des connexions entre eux. Mais sincèrement à chaque fois qu’on pense qu’ils ne pourront pas faire plus niais, ils repoussent les limites de la niaiserie. Entre l’histoire d’amour de Belle et Mr Gold (on en parle de la destruction du mythe de la belle et la bête, revisiter ok, détruire non), les discours de Blanche-neige, l’idée du cœur qui noircit, le discours d’Henry à la fontaine de New-York etc. J’ai tenu longtemps, mais les premiers épisodes de la dernière saison ont eu raison de moi. Malgré tout, il faut soulever une qualité de la série, son adaptation des méchants. Tous sont, au début en tout cas, réussient. Le problème est que les ¾ du temps, ils finissent par avoir une révélation sur être méchant ce n’est pas bien, je dois me séparer de cette noirceur dans mon cœur (offrant de belles scènes niaises). C’est pourquoi j’ai choisi Cruella, parce que c’est la seule avec Peter Pan (que j’adore également) qui ne finit pas du côté des gentils (oui c’est très *** mais on parle de conte de fées, évidemment que c’est ***). J’ai également adoré le fait que les scénaristes ne soient pas allés lui chercher une histoire sombre dans sa jeunesse pour expliquer sa cruauté, non elle est cruelle parce que ça la fait rire. Ça représente bien la Cruella du conte et c’est assez rafraîchissant comparé à la fin des autres méchants. Ce sont les personnages comme Cruella qui relèvent un peu le niveau de la série, et qui me ferait presque dire regardez la série. Enfin, regardez là jusqu’à la fin de la saison 4 et après arrêtez-vous, ne vous faites pas du mal non plus. 

     

    902010 (2008-2013) | SilverUne série = un personnage | Catégorie série d'ado #1 guilty edition

          90210 remonte à très loin pour moi, et contrairement aux séries de mon enfance dont je vous ai parlé dans mon précédent article, je n’ai jamais revu cette série, donc mes souvenirs sont très flous. Je me souviens que, comme toutes les séries dans cet article, j’avais bien aimé les premières saisons, et qu’à partir du moment où ils entrent à la fac ça devient du grand n’importe quoi. Si 90210 est dans cette série, c’est parce que c’est typiquement la série d’ado qui a mes yeux perd tout son intérêt une fois qu’on est plus dans la catégorie d’âge concernée. Je pense que si je la regardai aujourd’hui, je m’ennuierais devant. Voir même, je la trouverai problématique, pour la manière dont elle pose des standards de beauté intenable à cet âge (les acteurs de 25/30 ans qui jouent des lycéens vous connaissez) et la manière dont elle traite de beaucoup de sujets. J’ai choisi Silver comme personnage un peu par défaut parce qu’avec mes souvenirs, aucun personnage n’a un grand intérêt excepté elle et peut être Adrianna. Je trouve que la série traite assez bien sa bipolarité, et l’actrice était très convaincante ce qui n’est pas commun dans la série. Son développement une fois adulte et aussi intéressant bien que maladroit, avec l’envie d’avoir un enfant et l’emploi d’une mère porteuse. Tout n’est pas parfait avec ce personnage, mais dans cette série, elle sort vraiment du lot. 

     

    Gossip Girl (2007-2012) | Aucun

          Nous voici enfin à la seule série de cet article qui mérite vraiment l’adjectif guilty. Qu’on soit clairs, les trois premières saisons de gossip girl étaient ma vie il y a quelques années. La série n’a pas bien réussi sa transition lycée/université, mais c’est le cas pour beaucoup de séries ado. Ce qui m’a fait me détourner complètement de la série, c’est de prendre du recul dessus et de voir à quel point elle était problématique. Sans aller dans le détail : le standard de beauté encore une fois bien présent, le traitement de l’homosexualité d’Eric, le cyberharcèlement très minimisé (notons que la série finit sur « oui Gossip girl nous a harcelé pendant des années, mais elle nous a aussi permis de devenir qui nous sommes, et elle s’est aussi exposé » oui, mais non en fait elle a exposé les moindres détails de votre vie au monde entier, vous a humilier de manière répétitive, finir sur un « oh, mais ce n'est pas grave », c’est non), l’idéalisation de la mean girl et tant d’autres choses encore. Mais ça encore, les gens peuvent prendre un peu de recul dessus et ne pas autant l’idéaliser, moi ce qui me gêne le plus c’est l’idéalisation de la relation abusive de Chuck et Blair. Je vous renvoie à un article de vanityfair qui expose vraiment bien la situation, mais pour aller rapidement sur le sujet, ça m’horrifie de voir des « Chuck, c’est bae » ou des « Chuck et Blair c’est goal », quand Chuck essaie dès le premier épisode de violer deux filles, qu’il importe des travailleuses du sexe d’Asie et qu’il est la représentation parfaite de la masculinité toxique. Quant à sa relation avec Blair, il la vend à son oncle contre son hôtel, c’est goal ça, vraiment ? Voilà pourquoi cette série est à éviter et si vous l’avez déjà vu, prenez du recul dessus pour voir tout ce qui est problématique. Il n’y a même pas un personnage à sauver dans l’histoire pour moi, parce que tous a un moment ou à un autre tombe dans ce schéma du harcèlement ou d’une représentation toxique. 

    Pin It

    1 commentaire
  •       J'avais envie de faire une série d'articles pour récapituler un peu toutes les séries que j'ai vu au cours de ma petite vie, mais je n'avais pas envie de faire une présentation classique des séries, du coup, je me suis dit que j'allais vous en parler au travers de mes personnages préférés.J'avais envie de faire une série d'articles pour récapituler un peu toutes les séries que j'ai vu au cours de ma petite vie, mais je n'avais pas envie de faire une présentation classique des séries, du coup, je me suis dit que j'allais vous en parler au travers de mes personnages préférés. Parmi ces séries, un grand absent, Friends évidemment que j'ai décidé de mettre dans une autre catégorie ! Ceci étant dit, let's go pour la présentation de mes personnages préférés dans les 10 (non-exclusives) séries de mon enfance/pré-adolescence! Il y a   des petits spoilers mais la plupart des séries ont commencés y a plus de dix ans donc vous devriez pas être tant pertubé que ça.

     

    Une série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescenceCharmed (1998-2006) | Piper Halliwell

          Un énorme classique, pas d'offense, mais si vous ne l'avez pas regardé étant petit, que faisiez vous de vos vies après l'école ? On a reparlé très récemment avec ma meilleure amie qui les re-regarde et on est plus ou moins tombé d'accord pour dire qu'à partir du moment de l'école de magie pour moi, et de l'arrivée de Paige pour elle, c'est un peu devenu n'importe quoi. Ce qui fait qu'en la regardant passé 15 ans, on n'a pas la même magie. Mais je maintiens que malgré des effets spéciaux cheap, des scénarios un peu bancals et un jeu d'acteur pas toujours fou, Charmed est un classique qu'il faut voir (d'ailleurs vous avez ici le lien du pourquoi c'est culte sur Charmed des fanatiques de série). Du coup, quand je la reregarde maintenant, Piper n'est clairement plus mon personnage préféré, son côté romantique à l'extrême a plutôt tendance à m'ennuyer,toutes ses péripéties avec Léo sont clairement bien trop longues et donc aujourd'hui, j'aurai plus tendance à me tourner vers Prue. Mais pour ne pas trahir la petite Prongs de 8 ans qui vouait un culte à Piper, je me dois de mettre Piper en avant. Parce qu'elle a quand même beaucoup de côté intéressants, déjà rien que le fait que ça soit la plus réticente à accepter la magie dans sa vie, parce que difficile à croire, mais vrai tout le monde n'a pas envie d'abandonner toutes ses aspirations pour combattre des démons H24. C'est aussi pour moi le socle et le symbole de la famille Halliwell, qui est un peu au centre de la série quand même. Et je critique je critique, maiis concrètement Leo et elle, c'est quand même une belle histoire d'amour, dramatique, mais belle. Petit point bonus: Holly Marie Combs incarne parfaitement Piper et je pense qu'après toutes ses années, ses scènes sont celles dont je me souviens le plus (face à la pierre tombale de Prue, vous-même vous savez).

     

    Desperate Housewives (2004-2012) | Lynette ScavoUne série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescence

         Ladies and gentle, laissez moi vous parler de la seule et unique Lynette Scavo. Pour le coup, je dois briser le cœur de la Prongs de 11 ans, qui vouait un culte à Susan. Mais là ça ne va pas être possible, sincèrement, Susan elle est gentille, ce n'est pas un mauvais personnage, mais bon, elle correspond bien à la définition de relou tout simplement. Je pense que pour le coup, on regarde d'une toute autre manière desperate en fonction de son âge. Quand j'étais petite, j'étais vraiment à fond derrière Susan et Gabrielle, et même si mon amour pour Gabrielle n'est pas partie, j'ai appris à beaucoup plus aimer Bree, Lynette, et même Eddie! Mais Lynette est celle qui sort du lot, je trouve que c'est de loin le personnage le plus intéressant de la série. C'est une bonne représentation de toutes ces femmes qui ont abandonné leur carrière pour leur famille, et pas forcément avec plaisir, et qui se retrouve un peu coincé dans une vie qu'elle n'aurait jamais pensé avoir. Et sa relation avec Tom est super intéressante, parce que même si Tom c'est le love et qu'ils sont clairement le meilleur couple de la série, ça n'empêche que pendant longtemps, il n'a pas reconnu ou en tout cas pas apprécié à sa juste valeur tous les sacrifices que Lynette a fait. Et malgré ça Lynette c'est un personnage super fort, elle reprend à plusieurs reprises son travail en devant prouver sans cesse ses capacités et en même temps en gérant sa petite tribu, elle fait face aux maladies, aux accidents à tout tout tout et elle reste si forte. En plus de ça, c'est une excellente amie, la scène où elle fait prendre conscience à Bree de son problème d'alcool est une scène magnifique. Et encore une fois Felicity Huffman, la scène de la tempête, vous entendez vous aussi toujours son cri dans vos oreilles ? Oui, c'est normal, ça s'appelle du talent.

     

    Une série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescenceHeroes (2006-2010) | Peter Petrelli

         On part sur du maxi love avec Heroes, qui est la première série que j'ai réellement regardé seul devant un ordi, le début d'une longue histoire. Elle est restée pendant longtemps dans mon top 6 de mes séries préférées et c'était mérité (si on oublie la dernière saison). Amplement mérité notamment pour son personnage principal, le seul et unique Peter Petrelli. Alors la série est pleine de personnages fantastiques : Nathan Petrelli, un bon antihéros que tu aimes/détestes, Hiro Nakamura (qui a inspiré le nom de Aya Nakamura si ça ce n'est pas de l'héritage), Sylar & Adam Monroe des légendes, Niki Sanders personnage si badass qui aurait tellement mérité mieux. Bref, bref, bref, un panel de personnages variés et intéressants, dont Peter. Peter, c'est celui qui veut avoir des pouvoirs, il le veut tellement qu'il soit prêt à prendre des risques assez fou, et il veut s'en servir pour aider. Peter c'est vraiment la définition de la gentillesse et les enfants la gentillesse ce n'est pas une insulte, c'est une qualité très importante. Peter c'est aussi un pouvoir super cool, celui de copier tous les pouvoirs des autres, assez pratique. Ils ont un peu fait tout et n'importe quoi avec ce personnage, comme avec le reste de la série d'ailleurs, mais même dans la dernière saison, il reste un des derniers éléments qui reste intéressant, et ce, notamment grâce au talent de monsieur Milo Ventimiglia. Je ne vais pas vous mentir, je suis amoureuse de lui depuis mes 10 ans et vous aurez l'occasion de le revoir dans un article une série= un personnage.

     

    Kyle XY (2006-2009)| Kyle TragerUne série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescence

         Comme Charmed, comme Heroes, partons du principe que nous oublions la dernière saison de Kyle XY. Maintenant que c'est fait, les deux premières saisons à l'époque, c'était fou. Ce gars sortant de nul part sans nombril et semblant être relié à une espèce d'entreprise sombre, vraiment, c'était fou. Y avait ce côté très mystérieux, surnaturel mélangé à une ambiance beaucoup plus familiale et mignonne (la scène où Josh apprend à danser à Kyle, une de mes scènes préférées de tous les temps). Tous les personnages sont vraiment bien, j'ai eu un crush sur Josh et Declan pendant très longtemps, Nicole, c'est un peu la mère parfaite (pas dans le sens ménagère hein, mais dans le sens à l'écoute et compréhensive). Si j'ai choisi Kyle, c'est parce que je trouve que Matt Dalas, parce qu'il a la tête de l'emploi, arrive à rendre Kyle plus qu'attachant. Vraiment, on est dans un bon exemple d'une série dans laquelle tu te sens investie avec le personnage principal, malgré l'univers complétement différent du tien, parce qu'on est perdu avec Kyle, on est heureux avec lui, on est désemparé avec lui, on ne comprend rien (souvent) avec lui. Bref Kyle XY n'est certainement pas la série du siècle, mais c'est une série vraiment chaleureuse et avec des aspects très intéressants, dont le personnage de Kyle.

     

    Une série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescenceMalcom (1999-2006)|  Reese

         Le choix a été dur, très dur. Tous les personnages de cette série sont iconiques et mériteraient d'être mis à l'honneur. Ils sont tous très bien écrit et attachant et complètement fou et en même temps malin. J'ai choisi Reese parce que pour moi c'est le plus attachant. Dewey est évidemment très mignon, tu ne peux que compatir pour Loise quand elle se retrouve seule face à sa troupe, Hal est probablement pour moi le personnage le plus iconique, on suit tout des yeux de Malcom alors même si parfois, il peut être pris de tête, on l'adore et le paradoxe de Francis qui est coincé entre l'adolescence et l'âge adulte m'a toujours beaucoup fait rire et attendri. Mais Reese à quelque chose en plus. Il peut être vraiment méchant des fois, mais pour citer une de mes meilleures amies 'il est tellement bête que tu ne peux pas lui en vouloir'. Et c'est horrible à dire parce que la débilité n'excuse pas la méchanceté, mais pour Reese c'est vrai. Ce côté très idiot le rend déjà très très drôle parce que les scénaristes savent comment doser la chose, ils en font jamais trop, et en même temps très attachant. On sait que tous les autres frères vont s'en sortir d'une manière ou d'une autre dans la vie, Reese on est peut-être un peu plus inquiet pour lui, jusqu'au moment où il se découvre une passion pour la cuisine et ça c'est vraiment un beau moment dans la série, parce que chaque personnage a son domaine dans lequel il excelle, sauf Reese (on ne prend pas en compte martyrisé les petits à l'école). Et donc cette passion, c'est vraiment une belle évolution pour le personnage. Je ne sais pas, je trouve que le personnage est bien écrit et très attachant, ce qui fait que malgré la difficulté du choix, Reese était la solution évidente.

     

    Une nounou d'enfer (1993-1999) | Fran FineUne série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescence

         Vous sentez la collection de séries du mercredi après midi sur m6 ? Une nounou d'enfer n'a pas la postérité de Malcom ou même de ma famille d'abord, alors qu'elle la mérité tout autant ! Et pour le coup, le choix était évident parce que tout le génie de la série repose sur Fran Fine. Ne vous méprenez pas, Niles et C.C sont aussi iconiques, en revanche les membres Sheffield, même si ils sont mignons et drôles, ne seraient pas grande chose sans la présence de Fran et même de toute la famille Fine à leur côté. Parce que oui, Sylvia et Letta, mère et grand-mère de Fran, sont aussi iconiques. Mais tout ce petit monde gravite autour de Fran qui apporte réellement l'excentricité qui est tout le but de la série. Déjà, rapide référence à cette garde de robe de folie qui d'une certaine manière rend toujours fabuleuse sur elle alors que ça ne serait pas le cas pour beaucoup. Mais aussi ce rire, cette voix, cette gestuelle, ces mimiques faciales, tout est iconique dans l'interprétation de Fran Drescher. Tout le comique de la série repose sur ses épaules et elle réussit le défi à merveille. Je conseillerai de regarder cette série uniquement pour son personnage, c'est dire à quel point je l'aime.

     

    Une série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescenceMa famille d'abord (2001-2005) | Janet Kyle

         J'ai d'abord évidemment pensé à monsieur Michael Kyle parce qu'encore une fois, personnage iconique. Mais j'ai ensuite réalisé qu'il y avait plus d'hommes dans ma liste que de femmes, et ça m'a dérangé. Pour la plupart des séries, je n'ai pas pu changer ça parce que réellement le personnage que je retiens et que je veux mettre en avant est masculin, mais pour ma famille d'abord, je me suis rendue compte que Michael était le choix évident, mais qu'en réalité je préférais largement Janet, sans même prendre en compte l'aspect personnage masculin/féminin. Parce que Michael est souvent mis en avant parce que central et tellement drôle, Janet est un peu plus dans l'ombre, mais quand on y réfléchît, elle est tout aussi drôle que Michael et a à son actif plusieurs fils narratifs plus qu'impressionnant. On part sur un personnage de femme forte qui arrive à gérer sa vie de famille et sa vie professionnelle d'une main de fer, mais qui se fait renvoyer pour raisons économiques et qui quand ses patrons veulent la reprendre décide de profiter de sa famille plus. Et à partir de là commence une série de questionnement sur sa vie et sur ce qu'elle veut faire, on passe de la spiritualité, à travailler avec son mari puis à reprendre ses études! Janet, c'est une femme qui n'a pas peur de tout reprendre à zéro, de se lancer dans un nouveau projet complètement fou peut importe ce que les autres en pensent et qui en même temps n'oublie jamais sa famille et se conduit en très bonne mère. De ce fait mérite d'être mise sous la lumière pour tous ses accomplissements !

     

    Les frères Scott (2003-2012) | Nathan Scott / Brooke DavisUne série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescence

          Posons quelques bases, j'ai arrêté les frères Scott après la saison 7 parce que même pour moi pré-ado ça partait beaucoup trop loin. Mais jusqu'à la fin de la saison 4, les frères Scott c'était le FEU! Avec un regard critique maintenant, on peut sûrement y trouver pleins d'aspects problématiques comme toutes les séries pour ado, mais je suis persuadée qu'on en trouve beaucoup moins que dans certaines séries comme Gossip Girl ou 90210 et pour cela, je conseillerai de la regarder. Parce que oui c'est too much, mais ça reste quand même une vraiment bonne série pour ado. Je n'ai pas réussi à décider entre deux personnages parce que je les aime tous les deux beaucoup. Pour commencer Nathan est une superbe évolution, je trouve que toutes ses relations sont bien construites avec son père (le match de basket où il abandonne pour voir si son père le choisit lui ou la gloire, what a moment) avec sa mère (où il lui demande de choisir avec sa drogue ou lui, what a moment) avec Haley souvent too much, mais quand même couple goal et avec Lucas. Il marque une des évolutions les plus impressionnante et bien faites de la série, même si encore une fois à partir de la saison 6 Une série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescencec'est plus trop ça. Et de l'autre côté, on a Brooke, qui marque aussi une des évolutions les plus impressionnante. Vraiment, j'adore Haley et Peyton aussi, mais Brooke c'est la seule et unique qui ne m'a jamais ennuyé. Je trouve que dans le contexte d'une série ado encore une fois, elle est très bien écrite et ses réactions sont toujours légitimes et intéressantes. Elle a une variété d'intrigues intéressantes, celle qui l'est le moins pour moi reste évidemment les histoires d'amour parce que je pense sincèrement qu'on aurait pu en couper la moitié mais en même temps elle évolue énormément dans toutes ses relations, les plus intéressantes restent sa famille (la scène où elle dit à Karen qu'elle avait oubliée ce que ça faisait d'avoir une mère, what a moment) et son désir de fonder une famille. Le choix est donc impossible, on est sur une parfaite égalité.

     

    Greek (2007-2011) | CappieUne série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescence

          Greek est une série vraiment sympa, c'est la première série vraiment destinée aux ados que j'ai regardé et je pense que c'est une bonne série d'introduction parce que même si des fois il y a des petits trucs tendus pour une pré-ado de 10/11 ans, ça reste quand même gentillet. Vous ne ratez pas un grand truc si vous ne la regardez pas, mais ça reste quand même un bon moment et aussi une bonne représentation, je pense de ce que sont les sororités américaines. J'ai choisi Cappie pour une seule et bonne raison, c'est le seul personnage qui ne m'a jamais fait lever les yeux au ciel. J'aime beaucoup les personnages d'Evan, de Rusty et de Rebecca, mais Dieu sait qu'ils m'ont souvent ennuyé et que leurs intrigues n'étaient pas toujours accomplit avec succès. Cappie en revanche est toujours intéressant ou divertissant. Une scène avec lui est une scène réussit. Il arrive même à me faire apprécier le personnage de Casey que pourtant, je déteste, mais qui à ses côtés devient touchante. Et puis il me donne des vibes de Francis dans Malcom, dans ce côté, je dois faire quelque chose de ma vie maintenant, je ne peux pas rester toute ma vie président de ma sororité même si c'est super amusant. La série se conclut d'ailleurs sur ça et je pense que c'est un très très bon final de série. Cappie est sans hésitation le meilleur personnage de la série et encore une fois, je vous dirai de la regarder pour lui.

     

    Une série = un personnage | Catégorie: classiques de l'enfance/début adolescenceRobin des bois (2006-2009) | Will Scarlet

          La saison 3 et ultime saison de Robin des bois est honnêtement mauvaise en grande partie pour l'absence de plusieurs personnages, dont Will, qu'ils ont essayé de remplacer par d'autres, mais ce fût un bel échec. C'est une vraiment bonne série, qui a probablement mal vieillit, mais qui quand j'étais petite me fascinait, je suis encore capable de réciter certains dialogues par coeur. Je suis attachée à beaucoup de personnages, notamment Alan et Guy de Guisborne pour leurs évolutions, la fin d'Alan m'a vraiment fait mal quand j'étais petite, je pense toujours avoir des séquelles de cet événement. J'aime aussi beaucoup le personnage de Marianne qui arrive à être beaucoup plus que 'la petite copine de Robin des bois'. Mais Will a quelque chose en plus, c'est clairement pas le personnage le plus important, ses scènes ne sont pas les plus marquantes, mais c'est définitivement mon préféré. Il est essentiel à l'équipe parce que c'est le génie des constructions, de cachettes, mais aussi d'armes, et son côté timide le rend vraiment modeste alors que sans lui, ils se seraient probablement fait attrapé lors de l'épisode 2 de la série. Son histoire d'amour avec Djaq est la seule vraiment réussie de la série parce que justement elle n'est pas trop présente, et c'est sympa d'avoir une histoire d'amour pas trop présente quand clairement ce n'est pas le sujet de la série. Pour moi, ils ont la plus belle fin de la série et ils ont bien fait de quitter le navire avant la dérive de la saison 3.

     

    Et c'est la fin de ce premier article une série= un personnage! Premier d'une longue série je pense! Et vous quels sont les personnages cultes de vos séries d'enfance/pre-adolescence?

     

    Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique