• Après un mois d'absence (dû au début de mon année Erasmus, comprenez qu'il faut un temps d'adaptation!) je reviens, je l'espère, avec au moins un article par semaine le mercredi! (Oui cela ci est posté un dimanche mais on va dire qu'il y aura parfois des articles bonus le dimanche). Pour rattraper un peu mon retard, je vous partage ici mes derniers coups de coeur.

     

     ♦ Film ♦Coups de coeur [Septembre 2018] | Prongs

    Les évadés, de Frank Darabont, 1994

    Avec Morgan Freeman, Tim Robbins & Bob Gunton

    << En 1947, Andy Dufresne, un jeune banquier, est condamné à la prison à vie pour le meurtre de sa femme et de son amant. Ayant beau clamer son innocence, il est emprisonné à Shawshank, le pénitencier le plus sévère de l'Etat du Maine. Il y fait la rencontre de Red, détenu depuis vingt ans. Commence alors une grande histoire d'amitié entre les deux hommes. >>

        Lors d'une soirée, je me suis retrouvée à dormir dans la chambre de la soeur d'Iokla (cc <3) qui a ce poster fantastique des "100 films à voir avant de mourir" où vous décrochez la case du film quand vous l'avez vu et ça vous révèle le logo. J'ai décidé de prendre en photo ce poster pour regarder tous les classiques, je n'avais encore pas vu (pour vous donner une idée j'ai regardé Before Sunrise, qui est un bon gros non pour moi, Full Metal Jacket, un bon oui et American Beauty un énorme oui), mais surtout grâce à ce poster, j'ai regardé Les Evadés. Comme vous le verrez plus loin, en ce moment, j'ai du mal à me longer dans un épisode de quarante minutes, alors un film de plus de deux heures, c'était mal parti. Pourtant pas une seule fois, mon attention n'a dérivé, je suis restée accrochée du début à la fin. Andy Dufresne est un tel coup coeur, j'aime ce personnage d'un amour infini, et sa relation avec Red, meilleure chose au monde. J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai été émerveillé, j'ai été en colère, j'ai re pleuré et re ris, j'ai ressenti toutes les émotions qu'un bon film nous fait ressentir. Je l'ai vu y a peut-être trois semaines, et depuis, j'écris partout "Brooke was here, so was Red". Mon obsession pour ce film est assez flagrante. Je trouve ça assez risqué de faire un top des 100 films à voir avant de mourir, le choix étant assez restreint. Mais je pense pouvoir dire que celui-ci a totalement sa place dans ce top. 

     

    ♦ Livre ♦

    L'ami retrouvé, de Fred Uhlman, 1971

    << L'histoire de l'amitié de Hans Schwarz, fils d'un médecin juif, et Conrad von Hohenfels, jeune aristocrate, pendant la montrée en puissance du régime nazi en 1921 à Stuttgart. >>

        Si vous ne devez retenir qu'une œuvre de cet article, retenez ce livre. C'est un livre très court (115 pages) qui se lit très facilement. 115 pages ça ne donne pas matière à un long paragraphe, alors ça va être assez rapide. L'écriture est fantastique, on se glisse dans l'histoire tellement facilement que l'on n'a pas envie d'en sortir avant la dernière page. Les personnages ne sont pas creusés en profondeur, du à la taille du livre, mais ça marche très bien, on s'attache vite, on a de l'empathie et on arrive à les cerner. L'histoire est assez simple, mais alors pourquoi je vous recommande ce livre ? Des livres sur la Seconde Guerre mondiale, il y en a des milliers, sur tous les aspects possibles et inimaginables. Pour sortir du lot, il faut avoir un petit plus. Ce petit plus, c'est la toute dernière phrase du livre. Je meurs d'envie de vous l'expliquer pour que même si vous ne lisiez pas ce livre, vous ayez connaissance de cette histoire. L'ensemble du livre est bien, la dernière phrase le rend fantastique. J'ai mis des jours à m'en remettre alors foncez. 

     

    Coups de coeur [Septembre 2018] | Prongs♦ Série ♦

    The Good Place, de Michael Schur, disponible sur netflix

    Avec Kristen Bell, Darcy Carden, Ted Danson, Manny Jacinto, William Jackson Harper et Jameela Jamil (<3) 

    << Eleonor, après avoir été percuté par des chariots meurt, et se retrouve au "bon endroit", l'endroit où seuls les personnes ayant été les plus bonnes durant leurs vies atterissent. Problème Eleonor n'a pas vraiment fait preuve de beaucoup de bonté dans sa vie, il semble qu'on l'ai confondu avec quelqu'un d'autre. Alors qu'elle essaie par tous les moyens de s'améliorer pour pouvoir rester, sa présence semble pertuber le "bon endroit""

           Septembre rhyme avec rentrée des séries pour moi puisque énormément de séries reviennent pour une nouvelle saison, pour n'en citer quelques uns que je vous encourage à aller regarder: This Is Us, American Horror  Stody, The Deuce, Shameless et la nouvelle série A Million Little Things dont je vous reparlerai. Dans toutes ces reprises, une série sort du lot et c'est The Good Place avec sa saison trois. Je vous explique, Shameless et This Is Us font parties de mes ultimates séries, celles que j'aime plus que tout. Mais en ce moment, je ressens beaucoup moins l'envie de regarder des séries, même celles que j'adore, alors je me décourage facilement face aux épisodes de 55 minutes de Shameless, et même si je suis toujours au rendez vous pour This Is Us, je me laisse parfois distraire. Alors que le vendredi matin, je suis et resterai devant the good place. Les épisodes durent vingt minutes, ça aide grandement aussi, mais cette série a quelque chose en plus, une certaine fraicheur. Tous les épisodes sont de qualités quasiment égales, vous pouvez donc oubler la peur d'être déçu par l'un d'entre eux. Ce qui peut sembler n'être qu'une petite série comique lors des premiers épisodes se révèlent avoir un scénario et une structure très bien ficelé, allant de cliffhangers en cliffhangers sans jamais trop en faire. Les personnages sont très attachantes (Janet <3) et il y a une très bonne dynamique de groupe ce qui rend le visionage très leger, ce sont vraiment vingt minutes de bonheur, foncez.  

     

    ♦ Youtube ♦  

    Les fanatiques - Série et Cinéma

          Fans de séries, cette chaine youtube est votre eldorado. La chaîne propose énormément énormément de contenu varié, je vais seulement vous parler de ceux pourlesquels je suis toujours au rendez vous parce que sinon ça serait beaucoup trop long. Commençons par ce qui m'a fait connaître la chaine le "pourquoi c'est culte?" où les "présentateurs" Nora et Léonard (love sur eux, ils font ce travail à la perfection) reviennent sur une série culte (comme Buffy, Friends, X-Files) et décortiquent le pourquoi du comment c'est culte, et quels impacts cette série a eu sur tous l'univers des séries. Pour les séries que l'on connait ça nous permet de nous replonger un peu dedans, et pour les autres (attention aux petits spoils qui trainent) ça nous permet d'avoir une idée de ce qu'il y a derrière ce nom qu'on connait tous. Je trouve que la partie conséquence sur l'univers des séries est très sincèrement passionnante, ça peut paraître sans intéret capital mais de savoir que c'est cette série qui est à l'origine de ce style de trame narrative, de ce style de prise de vue, je trouve ça super cool. Deuxième catégorie est ma préférée "Le JT des séries" qui fait donc le point sur les séries venant de se terminer, celles en cours et celles qui arrivent dans le mois. J'admets qu'il faut vraiment aimer les séries pour être interessé par le contenu (en même temps la chaine s'appelle les fanatiques) mais si vous voulez vous tenir au courant des nouvelles séries qui arrivent, des projets en préparation ou des nouvelles informations sur une nouvelle saison, ces vidéos sont parfaites pour vous. C'est bien rythmé, les vidéos ne sont pas trop longues et ils abordent vraiment un panel de série très large, on ne va pas parler que de GOT ou de TWD. En dernier il y a les "tu regardes quoi ce soir?"  si vous cherchez de nouvelles séries. Je ne regarde pas vraiment leurs vidéos sur les films, mais si vous êtes plus films que séries, je suis sûre que c'est tout aussi fantastique!

     

    ♦ Musique ♦Coups de coeur [Septembre 2018] | Prongs

    Polaroid Experience de Youssoupha

         Au tout début du blog, je vous parle d'un temps où nous n'étions pas sur eklablog mais sur une autre plateforme, donc il y a presque quatre ans, je trouvais ça très facile de parler de musique. Peut-être que je pensais même que c'était le sujet le plus facile, que les choses changent ! Aujourd'hui, je trouve que quasiment tout ce que je dis quand je parle de musique sonne creux, mais comme j'ai quand même envie de vous partager ce que j'écoute, et que je ne peux pas juste vous poser ça là, je vais essayer de donner de la consistance à ce que je vais dire, je dis bien essayer. Aujourd'hui, je ne vous parle pas d'une chanson, mais d'un album en entier, celui de Youssoupha. Pour être honnête je ne me suis jamais plongée dans ses précédents albums, mais à la sortie de celui-ci, j'en ai tellement entendu parler et la pochette de l'album magnifique m'a poussé à l'écouter. J'ai commencé avec "le jour où j'ai arrêté le rap" et c'est pour la beauté de cette musique que j'ai continué à écouter le reste de l'album. Elle reste ma préférée, indétrônable par la puissance des paroles, mais j'ai été impressionné par la facilité qu'à Youssoupha de passer d'un genre à un autre. Je trouve qu'aucune de ses musiques ne se ressemble, alors que souvent j'évite d'écouter un album d'une traîte parce que je trouve que les musiques ont tendance à se fondrent en une seule musique. Dans cet album, aucun risque, il n'y a pour moi aucune chance qu'aucune des musiques ne vous plaise. Vous allez en trouver une qui va vous parler ou vous transporter ailleurs. Personnellement, mes préférées sont donc "le jour où j'ai arrêté le rap", "par amour", "Alléluia/1989" et "Devenir vieux". Je pense n'écouter que ça pendant la majeure partie de mon mois d'octobre, pour vous dire à quel point j'aime cet album. 

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • En exclusivité pour vous ce soir, 3 ans après, les coups de coeurs d'Iolka. Enjoy ! <3

    ♦ Film ♦

    Prisoners

    Mes derniers coups de coeurs culturels ♦ Iolka editionBen ça tombe bien que je décide de me reprocher sur cet article, aujourd’hui, parce que j’ai vu Prisoners hier, et… Waaaah ! Ça faisait longtemps que j’avais pas vu un bon thriller comme ça. Il faisait partie des DVDs que ma mère achète parce qu’ils ont l’air cool, mais que « ah non on le regarde pas ce soir parce c’est pas un film drôle, j’ai pas envie de me prendre la tête et puis ça plait pas à ta soeur. » abkncfdjkl. Bon. Soit. Du coup, hier, les parents n’étant pas là, j’ai proposé un plan film à mon bro, et on a choisi ça. 

    Petit pitch rapide : Deux couples d’amis, parents de deux petites filles, découvrent qu’elles ont été kidnappées le jour de Thanksgiving. L’enquête est attribuée à un flic (Jake Gyllenhaal) qui a résolu tous les cas qui lui étaient confiés jusqu’à présent, mais l’enquête piétine. La tension monte alors que l’un des parents (Hugh Jackman) cherche désespérément où a bien pu disparaître sa fille…

    Voilà, les bases sont posées, et déjà ça part bien. J’adore Hugh Jackman, que j’ai admiré dans son rôle de père un peu bourru mais surtout extrêmement désemparé, qui prend de terribles décisions pour tenter de sauver sa fille. J’ai aussi découvert Jake Gyllenhaal, que je ne connaissais pas beaucoup. C'est assez fascinant de voir son personnage, posé au début, devenir de plus en plus pressé, tourmenté, humain, au fur et à mesure que l'enquête tente désespérément de se poursuivre. Bon, je ne peux évidemment pas vous raconter la fin, mais l'ambiance du film et la fin ont fini de conquérir mon coeur. J'ai vraiment passé un bon moment à regarder ce thriller haletant, à pousser des cris quand je venais de comprendre un truc super important, etc... Je vous le conseille vraiment. 

     

    ♦ Musique ♦

    Le temps est bon - Bon entendeuMes derniers coups de coeurs culturels ♦ Iolka editionr

    J'ai découvert cette musique par deux amis, qui me proposaient chacun leur version préférée du remix de "Le Temps est bon" : l'un par Degiheugi, l'autre par Bon Entendeur. Mon coeur a été ravi par cette dernière version, dont je ne me lasse pas ces temps-ci. Dès que je l'écoute, je me sens en été, libre, j'ai envie de danser partout, bref, elle me met la pêche ! Je n'ai pas beaucoup l'habitude des remix, mais j'ai été conquise par le relooking un peu électro qu'offre Bon Entendeur à la version originale : ce mélange de vintage et de sons modernes, je ne m'en lasse pas ! Puis les paroles donnent juste envie de profiter de la vie, de l'amour, de croquer à pleines dents dans un bon fruit d'été... J'adore !  

      

     

    Tumblr/ Site Web ♦

    Mes derniers coups de coeurs culturels ♦ Iolka editionCharacter Design References 

    Bon, là, je sors un peu des clous, mais contrairement à Padfoot et à Prongs, je n'avais pas trop d'inspiration pour vous présenter une série ou une chaîne Youtube, du coup je vous propose... Un Tumblr. Hey, on a dit coups de coeurs culturels, non ? Alors ça rentre dans cette catégorie. Je me suis mise à Tumblr il y a un peu plus d'un an, pour assouvir mon besoin de fandoms toujours plus dévorant. Et après quelques galères pour comprendre comment ça fonctionnait, je m'y suis plu et je suis restée ! Et cela m'a permis de découvrir la grande communauté de Character Design References. 

    Le principe est simple : chaque mois, les administrateurs proposent un thème, et n'importe qui peut présenter une illustration de personnage qu'il a inventé selon ce thème, et qui sera relayée sur le Tumblr. Cela permet d'accumuler des "Références" en matière de Design de personnages, puisque toutes les participations sont publiques. On y trouve donc pleiiiin d'inspiration, et de magnifiques illustrations que je ne me lasse pas de découvrir. Les thèmes sont variés, et peuvent être des thèmes orientés vers le fan art (Harry Potter, Street Fighters...) comme vers des concepts beaucoup plus larges (Dragons&Dragonriders, Space Pirates, Burlesque Dancers..). Le concours est international, et je ne sais plus ce que remporte le gagnant, mais ce n'est pas vraiment le but. 

    J'adore découvrir les styles très différents des participants, leur virtuosité, imaginer les histoires des personnages qui défilent sous mes yeux... Si vous êtes aussi tentés par l'expérience, vous pouvez aller faire un tour sur leur site Web, leur Tumblr, voire si vous voulez participer vous aussi, rejoindre leur groupe Facebook ! 

     

     

    ♦ Livre ♦

    Tous nos jours parfaits, de Jennifer NivenMes derniers coups de coeurs culturels ♦ Iolka edition

    "Finch est la bête curieuse de l'école. Il oscille entre les périodes d'accablement, dominées par des idées morbides, et les phases d'éveil où il déborde d'énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité. L'histoire d'une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir."

    Sur ce résumé très poignant de l'éditeur du bouquin, parlons un peu de ce livre. C'est (encore) de la Young Adult, parce que je ne m'en lasserai jamais, mais de la bonne ! Sérieusement, ce bouquin m'a vraiment marquée. Il parle de suicide (c'est pas un spoiler, la première scène du livre se passe sur le toit du lycée, où les deux protagonistes se rencontrent alors qu'ils songent tous les deux à sauter !) de façon très juste (enfin, autant que je puisse en juger, n'ayant jamais eu moi même de pensées suicidaires). Il aborde des thèmes délicats comme la psychiatrie, la dépression, sans les stigmatiser, ni les enjoliver non plus (ou alors peu être juste un peu ?), tout en les accompagnant de tranches de vie d'adolescents qui tombent amoureux (oups, ça c'est un spoiler. Mais bon, qui ne s'en doutait pas ? ;) ) et qui donnent envie de continuer le livre, de dévorer tous ces petits moments complices et drôles nous nous sommes les témoins secrets. J'ai pleuré comme une madeleine à la fin, évidemment, mais c'était un aléa à prévoir. ^^ Une lecture qui m'a marquée, bien ciselée, intelligente et pertinente, qui informe mine de rien tout en faisant passer un super moment de lecture !  

     

    ♦ Jeu vidéo ♦ 

    The Legend Of Zelda - Breath Mes derniers coups de coeurs culturels ♦ Iolka editionof the Wild 

    Quand mes parents nous ont offert la Nintendo Switch, à mes frères et soeurs et moi, pour Noël, ils s'attendaient à ce que ce soit mon frère qui l'utilise le plus. Que nenni ! Je l'ai même temporairement kidnappée dans mon appart tellement il n'y avait que moi qui jouait dessus. Il faut dire qu'après que mon frère ait rapidement fini le nouvel opus de Zelda, je l'ai essayé, un peu par hasard, ne sachant pas grand chose de cet univers ni de son mode de jeu. Et ce fut une révélation. Sans déconner, je crois que je suis devenue accro. Deux mois et demi que j'y joue, et je ne l'ai toujours pas fini, parce que je fais toutes les quêtes additionnelles possibles et imaginables. x) 

    Pour celles et ceux qui, comme moi il y a peu, n'y connaissent rien, voici un petit briefing : en gros, dans tous les opus, on incarne un jeune chevalier qui ne s'appelle pas Zelda mais Link (attention, subtilité !), et qui se réveille d'un long sommeil, en apprenant qu'il doit sauver son royaume, Hyrule, et sa princesse (la fameuse Zelda) des griffes du terriiiiible Ganondorf. Du coup on se balade, on tape sur des monstres, on collecte des objets, on aide les habitants d'Hyrule, jusqu'à devenir assez fort pour débarquer au château et faire sa fête au méchant. Et recevoir un bisou sur la joue de Zelda, parce que oh, faut pas déconner non plus. 

    Je joue peu aux jeux vidéo, et c'est ma première expérience de jeu sur console, avec une manette et tout. J'ai donc un peu (beaucoup) galère au début, mais je garde un  souvenir ému de ces premières heures de jeu passées aux côtés de mon frère, qui me regardait avec une frustration infinie mettre 2 ans à battre le monstre le plus faible du jeu, confondre le bouton de la caméra et celui des déplacements, etc... Un grand moment. Mais après avoir réussi à le maîtriser, je suis vraiment tombée amoureuse du concept. On a beau me répéter, que franchement, c'est pas le meilleur Zelda, moi je l'adore. Je n'ai aucune base de comparaison, mais je crois savoir que la production a voulu accentuer dans cet opus la contemplation de la nature, et c'est franchement réussi. Les paysages variés sont tous magnifiques, et on peut se balader aux quatre coins du royaume qui est immense - je ne sais honnêtement pas combien de temps ça prendrait pour en explorer chaque recoin. J'ai découvert une série de jeux qui m'a vraiment marquée (parce que même si l'idée de base c'est le-chevalier-qui-doit-sauver-la-princesse, il y a plein d'autres histoires additionnelles, de spiritualité, etc, qui enrichissent vraiment le truc.). Voilà, si jamais vous avez l'occasion d'y jouer, foncez ! Pour moi ce fut une très agréable découverte. 

    Pin It

    votre commentaire
  • Bonjoooour ! Pardonnez mon enthousiasme, mais ça fait tellement longtemps que je n'ai pas écrit sur ce blog que je commençais à m'en vouloir et à être triste de ne pas raconter ma vie. Bon ce n'est pas très raisonnable étant donné que je suis en période de partiel, mais que voulez-vous, c'est ma manière à moi de décompresser entre deux fiches de droit. Et puis j'en ai marre de voir Prongs qui n'arrête pas de poster plein d'article je suis jalouse j'avoue et puis je me dit que je vous manque quoi c'est relou de n'avoir qu'elle qui fait coucou (<3). Bref du coup c'est parti pour mes récents favoris (fran - quoi ?) ! 

     

    ♦ Série ♦

     Las chicas del cable, de Ramon Campos & Teresa Fernandez-Vakdés & Gema R. Neira, 2017 sur Netflix

    Avec Blanca Suarez, Ana Fernandez, Maggie Civantos & Nadia de Santiago

    Mes derniers coups de cœur culturels ♦ Padfoot EditionJ'aime pas trop les résumé Wikipédia, du coup je vais vous le faire moi-même : quatre jeunes femmes qui n'ont apparemment rien à voir entre elles se retrouvent à travailler en tant que "dame du téléphone" dans les années 1920 dans une grande entreprise de téléphonie de Madrid. "Dame du téléphone" paraît ridicule dit comme ça mais en fait c'était littéralement grâce à ces femmes que les gens pouvaient communiquer par téléphone puisqu'elles s'occupaient de mettre les gens en relation. 

    Alors, pourquoi il faut regarder cette série ? Parce qu'elle est fantastique. Next ! Plus sérieusement, je trouve cette série extrêmement intéressante. Je vais développer point par point pourquoi je l'adore. Je vais la faire rapide promis, peut-être que je développerai un peu plus dans un autre article.  

    Premier point qui m'a fait commencer la série : elle est en espagnole. Enfin elle est espagnole, donc forcément les acteurs le sont aussi et c'est vraiment cool de regarder une série de qualité en espagnole parce que ça fait travailler la langue et ça fait entendre un peu autre chose que l'anglais (que j'aime beaucoup là n'est pas le problème) à conditions que vous regardiez vos séries en VO évidemment. Et ce n'est pas si évident que ça de trouver des séries en espagnol (je vous entend hurler LA CASA DE PAPEL oui mais elle est sortie après, et je ne l'ai pas encore regardée donc chuuuut). 

    Ensuite, et là promis j'accélère, les intrigues, l'histoire, le contexte et le message. Tout en un oui, parce que tout est lié (héhé). je m'explique. Elle raconte l'histoire de quatre femmes dans les années 20 et ça aborde tous les points possible sur la condition féminine à l'époque sur un plan social, sexuel et professionnel. Les quatre personnages principaux (qui sont toutes jouées par des actrices d'un talent exceptionnel) sont attachantes a leur manière, ont leur façon de vivre leur féminité et ont des histoires différentes et sont loin d'être les seuls personnages féminin ce qui ouvre d'autant plus de possibilité et d'histoire à raconter. C'est vraiment très intéressants, ça vous fait poser plein de question et ça, c'est cool. J'ai tellement de chose à dire que je vais définitivement faire un article dessus. 

    Enfin l'esthétique : les années 20 mes amis, c'est magnifique, les costumes, les ambiances, les décors, vous vous retrouvez plongés au milieu du Madrid de 1920 et c'est génial. 

    Mon seul regret est qu'elle est réellement sous-côté alors qu'elle est tellement importante ! Allez la regarder, et si vous n'êtes pas encore convaincu, attendez mon article où je vous décrirai les qualités de cette série avec une passion telle que vous ne pourrez vous empêcher de constater par vous-même.  

     

    ♦ Musique ♦

    Therapie TAXI, Salop(e)

     Bon, faire cet article me rappelle que j'en ai plein d'autre à faire.Mes derniers coups de cœur culturels ♦ Padfoot Edition Notamment mes coups de cœur musique. Je vais rester sur celle là dans cet article mais promis je vous en sort un bientôt. 

    Bon alors j'écoute cette musique en boucle pour plusieurs raisons bien sûr, mais plus particulièrement pour les paroles. Elle est d'une vulgarité sans pareil dans les couplets et d'une douceur et presque d'un gnangnan incomparable dans le refrain, c'est génial. Elle me fait beaucoup rire notamment pour ce contraste, les deux chanteur.se.s se crachent à la gueule des obscénités et des insultes tout le long de leur couplet respectif pour finir par se dire que tout ce dont ils rêvent c'est d'être amoureux et je trouve ça extrêmement drôle et extrêmement révélateur de l'ambivalence de l'humain de manière général. Et puis tant la fille que le gars en prennent pour leur grade et ça c'est cool (j'adore que les gens se fassent insulter). Et puis je suis fan de leurs voix, surtout celle de la chanteuse, je la trouve assez originale et très douce et expressive à la fois. Donc allez y, ils sont jeunes, beaux et talentueux et maintenant que j'en ai finit avec ma présentation d'animateur radio de 40 ans, allez écouter l'album parce qu'il est cool. Ah. Et le clip est génial.

     

    ♦ Film♦ 

    120 battements par minute, de Robin Campillo, 2017

    Avec Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel, Antoine Reinartz & bien d'autres encore

    Mes derniers coups de cœur culturels ♦ Padfoot EditionAlors. On part là sur un de mes films préférés de tous les temps. Je le dit à dessein avec cette formulation enfantine mais c'est un euphémisme. Pour vous donner une idée de mon amour pour ce film, j'en suis ressortie en ne voulant rien dire. En ne voulant pas en parler, en ayant le souffle court et l'impression de m'être pris un coup de poing dans l'estomac (c'est cliché mais c'est vrai). N'allez pas croire que ce silence est une marque de dégoût. Non au contraire. Je suis très bavarde (nooon quel étonnement) et j'avoue que j'adore parler des films en sortant de la salle, partager mes impressions et avoir les avis des autres. Sauf que là, je suis restée sans voix. Je n'avais pas les mots pour exprimer mon émotion et je pense que je ne les ai toujours pas vraiment. le film m'a tellement touchée que je n'ai pas voulu ternir les images et la beauté de ce que je venais voir en en parlant directement, en posant des mots dessus, sans y réfléchir. Je crois que j'ai juste dit un truc du genre "woaw, eh ben dis donc" et je me suis tue en me disant que c'était très con comme intervention . 

    Mais trêve de poésie, je vais essayer d'être la plus succincte possible. Très sincèrement je peux en parler des heures mais du coup, pour moi ce film se résume en un mot majeur : important. Ce film est important. Juste pour le petit synopsis, ça se passe à Paris dans les années 90, période durant laquelle le sida a fait un nombre de victime énorme, notamment dans la communauté homosexuelle (mais pas que, loin de là), et on suit les actions d'Act Up, association luttant contre le sida et la désinformation à son propos (entre autres), et plus particulièrement l'histoire de Nathan et Sean, deux militants d'Act Up. C'est si court pour un film si conséquent. Mais il faut le voir pour comprendre à quel point il est important. Il est important parce qu'il fait ouvrir les yeux sur un nombre de problématiques qui nous entourent et pourtant qu'on ne voient pas et qu'on ne nous donne pas à voir, On apprend des choses. On se rend compte qu'on devrait savoir plus de choses là dessus et que malheureusement il y a trop peu de chose qu'on nous communique malgré les bases comme "mettez une capote c'est important". On ne nous explique pas. Mais ce film nous apprend, nous explique, nous fait ouvrir les yeux. Ca parle de sexe, de maladie, de sexualité sans tabou ni vulgarité, en étant cru mais sans tomber dans le voyeurisme ni sensationnalisme.  Et puis on se retrouve au beau milieu des années 90 dans un contexte où le sida est presque normal, accepté comme une fatalité parce que le nombre de décès ne cesse d'augmenter et c'est saisissant.  

    En plus d'être important ce film est beau. Il est beau à voir, à écouter, il fait pleurer, rire, sourire, il créé un nombre d'émotions impressionnant et indescriptibles quand vous en sortez. Et puis la musique les gars, Smalltown Boy de Bronski Beat c'est juste un symbole tellement fort, je l'écoute en boucle elle est exceptionnelle. Tout est exceptionnel dans ce film. Sans parler des acteurs, de la trame, du rythme, de l'esthétique, des personnages auxquels on ne peut que s'attacher sans être d'accord avec toutes leurs actions... Je n'ai pas réussi à trouver un seul défaut pour l'instant. Et je vous parle en étant un minimum objective : je n'attendais rien en particulier de ce film, je ne savais même pas vraiment à quoi je m'engageais en allant le voir ni à quoi m'attendre. Ce qui m'a sûrement permis de le savourer et d'en profiter pleinement. Du coup si vous ne l'avez pas vu je ne vous suis pas d'une grande aide parce que je vous promet monts et merveilles. Mais vue comment ce film m'a marquée, je ne peux pas vraiment faire autrement. Regardez-le.

    ♦ Livre ♦ 

    Le liseur du 6h27, de Jean-Paul Didierlaurant, 2014

    "Peut important le fond pour Guylain. Seul l'acte de lire revêtait de l'importance à ses yeux. Il débitait les textes avec une même Mes derniers coups de cœur culturels ♦ Padfoot Editionapplication acharnée. Et à chaque fois, la magie opérait. Les mots en quittant ses lèvres emportaient avec eux un peu de cet écœurement qui l'étouffait à l'approche de l'usine."

     Quand on commence ce livre, on peut facilement se dire qu'il ne va pas être intéressant ni palpitant. Qu'il ne va pas procurer beaucoup d'émotion. En effet, ici pas de magie, de fantastique ni de moyen de fangirl.boy.er. Au contraire, quoi de plus normal que l'histoire d'un type normal d'âge moyen, de niveau de vie moyen, qui se lève tous les matins pour aller faire un boulot de merde, entouré de collègues cons et qui lit des liasses de feuilles sans queue ni tête tous les matins dans le RER de 6h27 ? Rien. Enfin, cela serait normal si finalement l'histoire de ce pauvre Guylain Vignolles n'est finalement pas si banale que ça. 

    Mais rentrons dans le vif du sujet. J'ai aimé ce livre pour deux raisons principales, très générales et les plus importantes : l'écriture et l'histoire.

    L'écriture d'abord. J'adore la manière dont l'auteur a de décrire la routine vulgaire et un peu déprimante avec un style poétique et plus que ça très imagée. Il utilise de très nombreuses métaphores qui ne cessent de titiller notre imagination et qui nous éloignent de cette routine qu'il décrite. C'est très agréable à lire parce que tout devient vivant. De manière générale, je trouve le livre très beau et poétique. 

    Pour ce qui est de l'histoire, on est très loin de clichés et ça c'est vraiment chouette. A partir de la routine triste d'un type banal, on arrive à une réelle intrigue qui nous pousse à lire jusqu'au bout parce qu'on a vraiment envie de savoir ce qui va arriver au personnage principal. D'autant que l'auteur a cette faculté de créer des personnages intéressants, qu'ils soient attachants ou grotesque, mais toujours très faciles à imaginer. Guylain est vraiment le type gentil mais pas que. Chaque personnage a son originalité et sa profondeur, ce sont loin d'être des caricatures selon moi. Et vraiment, Guylain est très attachant. Ce qui donne d'autant plus envie de lire son histoire parce qu'on ne veut vraiment pas l'abandonner au milieu du livre. 

    Pour conclure, c'est un roman sans prétention mais qui pourrait en avoir un peu, qui se lit vite et très agréablement dirais-je. Je l'ai vraiment beaucoup aimé et si vous l'avez lu, dites moi ce que vous en avez pensé !  

     

    ♦ Vidéo / Chaîne ♦

    Virago, Aude GG

    Mes derniers coups de cœur culturels ♦ Padfoot Edition Je vais vous parler d'une série de vidéo créées par la talentueuse vidéaste Aude GG. Elle s'est d'abord fait connaître avec le collectif Golden Moustache et a maintenant sa chaîne perso dans laquelle elle propose du contenu divers et varié. 

    Je vais me concentrer donc sur sa chronique "virago". Ce sont pour l'instant 12 vidéos, se présentant chacune sous la forme de chronique donc, dans lesquelles Aude GG s'emploie à présenter une femme remarquable de l'Histoire. Vous n'êtes pas sans savoir que l'un des plus gros reproche fait à l'Histoire avec un grand H est de ne pas mettre en lumière voir carrément d'oublier les figures féminines qui ont pourtant grandement participer à son avancement et à son écriture si je puis dire. Aude GG s'emploie à merveille à remettre sur le devant de la scène ces femmes exceptionnelles. 

    Le format est parfait parce que court, pédagogique et instructif. Aude GG en chroniqueuse n'oublie rien, et re-contextualise, ce qui permet de montrer que ces femmes sont intrinsèquement liées à l'Histoire et y ont participé de manière admirables. D'ailleurs, ce que j'aime beaucoup, c'est que cela montre que l'époque ne justifie pas le traitement infligé aux femmes. Par exemple, dans l'épisode sur Christine de Pisan (cliquez pour savoir qui c'est), celle-ci est déjà très lucide sur la condition des femmes inacceptables à son époque. Ce qui prouve que ce n'est pas parce qu'on a vécu au XIII° siècle que ce qu'on écrit sur la femme est acceptable et justifié automatiquement par l'époque. 

    Chacun des portraits est intéressant et chaque femme a un profil différent et inspirant. De plus, l'idée de mettre en scène la personnalité mentionnée dans un tableau en arrière plan qui interagit avec la chroniqueuse rend le tout vivace, drôle et ça rend la femme réelle. Enfin le fait de faire intervenir des vidéaste permet un apport de savoir et une interaction supplémentaires. 

    Je vous laisse aller voir le making-of pour en savoir un peu plus sur le principe du projet et je vous met ici le lien vers la playlist avec toutes les vidéos. 

     

     

    Cet article est maintenant terminé, j'espère que je vous ai donné envie d'aller jeter un coup d’œil à mes coups de cœur (faites-le c'est un ordre) et n'hésitez pas à commenter surtout ! (je vais finir par réclamer des abonnements et des pouces bleus je le sens). 

    Pin It

    votre commentaire
  • ♦ Série ♦

     The end of the fucking world, de Charlie Covell & Jonathan Entwistle, 2017 sur Netflix

    Avec Alex Lawther & Jessica Barden

    « James, âgé de 17 ans est persuadé d’être un psychopathe. Alyssa, 17 ans vient d’arriver en ville et nous très rapidement un lien fort avec James. Elle va l’embarquer dans un road-trip à la recherche de son père qui a quitté le domicile conjugal lorsqu’elle était jeune »

          J’ai regardé cette série, intriguée par le nom et séduite à l’idée d’une série très courte (8 épisodes de 25 minutes). Parfois les aspects les plus futiles vous font prendre des décisions fantastiques. Les deux premiers épisodes sont assez particuliers, je me suis un peu demandé dans quoi je m’embarquais. Mais dans le troisième épisode, un événement arrive qui retourne complètement la série et ses personnages et qui change toute la donne. J’ai adoré la double narration, l’esthétique et surtout l’aspect fugace (plus personne n’utilise ce mot) c'est-à-dire le fait qu’on suive l’histoire sur 8 épisodes, qu’il y ait cette fin et que ça soit tout. C’était comme avoir une petite ouverture sur la vie de ses deux personnages, rapide, on ne sait pas ce qui va se passer après (et j’espère qu’on ne le saura jamais, la question d’une saison 2 n’étant pas encore officielle pour l’instant il me semble). C’est frustrant, mais en même temps c’est ce qui fait le charme de la chose, on a suivi leur road trip et maintenant c’est fini. Mais ce qui m’a fait avoir un coup de cœur sur la série, ce sont les personnages. Je n’ai jamais accroché aussi rapidement avec des personnages, eu autant d’affection pour eux d’un coup. James est fantastique, super bien interprété et Alyssa qui aurait pu très facilement tomber dans un cliché agaçant, l’esquive avec brio. Il faut voir la série, parce qu’il faut voir leur histoire.  

     

     

    ♦ Musique ♦

    Let You Down, de NF, de l'album Perception

        Je vais en parler rapidement, parce que j'ai toujours trouvé que parler de musique n'était pas mon point fort, je lutte contre l'envie de répéter, c'est génial allez écouter ça, plus qu'autre chose et j'essaie de trouver des trucs qui sonnent un peu intelligent à dire alors qu'en réalité, je pourrai m'arrêter après le premier, c'est génial allez écouter ça. Mais pour à nouveau essayer de détailler un peu plus, je nourris depuis quelques semaines une petite passion pour NF qui a vraiment une manière de rapper qui me touche, je trouve qu'il sonne extrêmement vrai, et que ses musiques sont un peu comme des pierres à l'état pur. Pour l'instant, je n'ai écouté que son dernier album, mais j'ai bien l'intention des tous les écouter. J'ai choisi cette musique parce que c'est la première que j'ai entendue de lui, mais tout l'album est fantastique. À la première écoute, influencé par le clip, j'ai cru qu'il s'adressait à son père et j'ai réalisé plus tard qu'il parlait à lui enfant. Je trouve que ses musiques sont toujours plus qu'elles n'y paraissent, il a lui-même déclaré qu'énormément de ses musiques avaient plusieurs sens, qui reflétaient différentes parties de sa vie. Par exemple, celle-ci fait écho à son sentiment de ne jamais être à la hauteur, mais également aussi au sentiment qu'il avait en grandissant, le sentiment que sa voix ne valait pas grande chose. Ses musiques sont vraiment personnelles, et quand il les chante, y a ce sentiment de brûlure à vif, je me répète, mais de quelque chose de vraiment réel et c'est ce qui fait qu'on peut facilement être touché et se sentir directement impliqué dans la musique. Tout ça pour dire, c'est génial allez écouter ça. 
      

    ♦ Films ♦

    La promesse de l’aube, d’Eric Barbier, 2017

    Avec Pierre Niney & Charlotte Gainsbourg

    « Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. C’est l’amour fou de sa mère Nina, attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie. »

         De base, je n’avais pas prévu d’aller voir le film, mais je suis Pierre Niney sur twitter et évidemment, il a retweeté pleins d’avis positifs sur son film. Et à un moment, j’ai vécu le phénomène logique qui fait qu’à force d’entendre trop de bien de quelque chose, tu te braques et penses que c’est « surcôté ». Du coup, j’ai décidé d’aller me faire un avis de moi-même et j’en suis sorti en me disant que c’était loin d’être surcôté. Si vous avez lu notre tag cinéma, vous savez que le biopic est mon genre préféré, et ce biopic là est un des meilleurs que j'ai jamais vu. L’histoire est fantastique certes, mais dans tout les cas si on adapte la vie d’une personne au cinéma, c’est qu’il a eu une vie assez fantastique. Ce qui rend le film génial, hors l’histoire, c’est la manière dont c’est raconté, la justesse des acteurs et la puissance de certaines scènes. La scène dans l’avion lors de la seconde guerre mondiale, où ils se font tirer dessus et surtout comment elle se finit, c’est une des scènes les plus puissantes que j’ai vu sincèrement. J’ai vraiment découvert Charlotte Gainsbourg dans ce film, et elle offre une prestation folle et Pierre Niney n’est pas en reste. J’ai été énormément surprise par ce film, et je pense qu’il faut vraiment le voir.

     

    Dunkerque, de Christopher Nolan, 2017

    Avec Fionn Whitehead, Mark Rylance, Tom Hardy, Harry Styles & bien d’autres encore

    « Au début de la seconde guerre mondiale, en mai 1940, environ 400 000 soldats se retrouvent encerclés par les troupes allemandes à Dunkerque. L’opération Dynamo est mise en place pour évacuer le Corps expéditionnaire britannique vers l’Angleterre. L’histoire s’intéresse aux destins croisés des soldats, pilotes, marins et civils anglais mobilisés pour leurs bateaux durant l’opération. »

         Je crois que c’est l’une des rares fois où j’en attends beaucoup beaucoup d’un film, et qu’en plus de satisfaire ces attentes, il les surpasse largement. Je l'ai trouvé juste fou. Je ne vais pas revenir sur tout parce que vous en avez probablement déjà entendu parler, mais que ça soit la musique, le rythme, les acteurs, les images tout est parfaitement exécuté à mon sens. J'aime le fait qu'on ne sache quasiment rien des personnages, parce que ça renvoie à l'idée qu'on les voit eux mais que ça aurait pu être n'importe quel soldat. J'aime le fait qu'il n'y ait pas vraiment de personnages héroïques (hormis les marins mais eux n'ont pas vécu la guerre de la même manière) parce qu'on voit le traumatisme, particulièrement avec le personnage de Cillian Murphy que l'on voit très peu mais qui est très intéressant. Et ça n'empêche pas de s'attacher aux personnages. Le travail sur le son est extraordinaire, il te maintient dans la pression constante et retranscrit parfaitement l'horreur. Tous les acteurs sont très bons, tout est très bon, regardez ce film. 

     

    ♦ Livre ♦

    Prongs ♦ Frappes toi le cœur, Amélie Nothomb, 2017

    « Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie » Alfred de Musset

    Le résumé de la quatrième de couverture se résume à ça, ce qui est très bien mais comme je suis un peu généreuse je vais vous en dévoiler un peu plus pour vous donner envie. Pour résumer, le livre traite de la question de la jalousie dans une relation mère/fille et plus globalement des répercussions du comportement maternel sur un enfant.

         C’est le premier livre que je lis d’Amélie Nothomb, et il faut le dire, elle a un style très très particulier. Déjà ça va très vite, le livre fait à peine 180 pages et l’histoire se déroule sur environ plus de 25 ans, comment vous dire qu’on n’a pas le temps de trouver ça long. La première partie est très pertubante parce qu’Amélie Nothomb attribue des pensées d’adulte à un bébé de quelques mois, du coup c’était assez difficile de s’attacher ou même de trouver ça réaliste. Mais dans la deuxième partie, le bébé n’est plus un bébé mais une jeune femme qui rentre à la fac et là, ça devient génial. Je veux pas trop en dire, parce que quand j’ai commencé à le lire je ne savais pas du tout de quoi ça allait traiter, mais ça soulève beaucoup de problèmes dans les relations mères/filles, qu’elles soient de sang ou émotionnelles. Les personnages de la seconde partie sont très intéressants, très biens travaillés. J’ai beaucoup aimé le personnage de Diane, et toutes les conclusions qu’elle tire de ses relations notamment une citation que j’ai adoré « "La bêtise, c'est de conclure", a écrit Flaubert. Cela se vérifiait rarement autant que dans les querelles, où l'on identifiait l'imbécile à son obsession d'avoir le mot de la fin. ». Pour résumer, c’est un livre très original, dans sa narration, dans  la manière dont il aborde les problèmes, dans ses personnages. La fin est superbe, et toute la symbolique autour de la citation d’Alfred de Musset aussi. Ce n’est pas un livre que je classerai dans mes préférés, mais il vaut définitivement le coup et j’en garde un souvenir fort qui me donne envie de lire plus de Amélie Nothomb.

     

     

    ♦ Vidéos/Chaîne Youtube ♦

    Nos derniers coups de coeur culturels !

    Prongs ♦ Marion Seclin & sa nouvelle chaîne

         Je connaissais vaguement Marion Seclin, de part la grosse polémique qu'il y a eut autour d'elle, mais je ne la connaissais plus que ça, c'était juste un nom perdu dans la foule. Et puis, elle a ouvert sa chaîne, j'ai atterrit dessus et là, ça a été la révélation. Au moment où j'écris, elle a publié six vidéos, et je les adore. Je ne saurai pas vous décrire ce qu'elle fait, on va dire que c'est un mélange d'absurde, de second degré, de parodie bref c'est un contenu un peu décalé. Soyons honnête, on ne sort pas de ses vidéos avec un savoir extraordinaire en plus, avec une vision critique de notre société, loin de là, mais c'est la bonne rigolade comme on dit. Peut-être que ça ne va pas plaire à tout le monde, je le conçois facilement, mais par exemple la vidéo "elle salue, ça tourne mal!" j'ai vraiment rigolé à gorge déployée (et je viens d'utiliser deux expressions très nulles en deux phrases, une de plus et c'est le jackpot). J'ai vraiment l'impression de découvrir Marion Seclin avec ses vidéos, au travers de son humour et loin de toutes polémiques. Y a quelque chose de vraiment original qu'on ne retrouve sur aucune autre chaîne et qui donne une bouffée d'air frais. Ca m'a donné envie de la découvrir plus et j'ai donc regardé son interview chez madmoizelle, et vraiment j'ai l'impression d'être totalement passé à côté de Marion Seclin pendant toutes ces années où j'ai entendu parler d'elle. Je ne peux que vous conseiller d'être curieux et d'aller voir ce qu'elle fait, parce que j'espère vraiment qu'elle va continuer sur cette lancée et grandir de plus en plus dans le youtube game (sur sa chaîne perso, parce qu'en vrai elle a déjà une place importante mais moi j'en veux une encore plus importante). 

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique