• Bonjour, bonsoir, oui je sais ça fait longtemps. 

    Je suis vraiment désolée, d'autant que je n'ai aucune excuse.  Mais je vais essayer de me rattraper en étant bien plus régulière cette année et en vous offrant (telle la bonne âme que je suis) un article par semaine (aka le Dimanche). Vais-je tenir ? Nous verrons, c'est en tout cas ma bonne résolution de l'année. Bonne année d'ailleurs ! Ceci étant dit, passons.

    Aujourd'hui, je reviens en force (ou pas) pour vous faire écouter trois découvertes musicales de fin de 2018, pour une bonne transition vers l'année 2019. 

     

    • Disiz la Peste, Disizilla, 14 septembre 2018

    Découvertes Musicales de fin 2018, pour commencer 2019 sur une bonne noteNous allons commencer par une découverte qui n'en est pas vraiment une, aka, le dernier album de Disiz la Peste. J'avais pensé vous faire un article sur la totalité de ce dernier, mais j'avoue que je trouve qu'en parler ici est une meilleure alternative étant donné que j'ai déjà fais un article sur Disiz. Toutefois si vous voulez mon avis sur chaque chanson, laissez un commentaire et je ferais ça rien que pour vous. 

    Entrons dans le vif du sujet. Ce dernier album est pour moi une réussite, et j'en suis absolument ravie. Disiz continue dans sa lancée de rap électro un peu extra-terrestre, et c'est cool. J'aime beaucoup parce qu'encore une fois il se réinvente et reste dans l'originalité sur une thématique des monstres. Le titre en lui même y fait référence, et j'adore parce qu'il traite de son thème de plein de manières différentes : la monstruosité de la pauvreté par exemple, dans Enfants des rues, celle des hommes dans Dialogue entre monstres (qui est une de mes préférées de l'album)... Dans presque chaque morceau on peut trouver un lien avec le thème, si celui-ci n'est pas dans le titre, et globalement c'est assez déprimant parce qu'il fait quand même pas mal référence à la dérive des hommes et du monde. Mais il y a quand même quelques chansons positives et pleines d'espoir, notamment Ulysse qui conclue très bien l'album comme avait pu le faire Auto-Danse sur Pacifique. C'est vraiment ce que j'aime chez Disiz et qu'il arrive à refaire à chaque fois, il alterne entre tristesse, colère et espoir dans ses morceaux et c'est vraiment complet. Je ne saurais que vous conseiller cet album qui est vraiment une nouvelle masterpiece de Disiz. Je vous invite tout particulièrement à écouter Hiroshima, Dialogue entre monstres et Ulysse qui sont toutes les trois magnifiques à leur manière.

     

    Don't let me down Pour cette seconde découverte je vous invite à vous laisser emporter par la magnifique voix un peu éraillée de Joy Crookes. J'adore ce genre de voix très jazz et elle sert parfaitement bien la chanson. Tout est épuré : le texte est simple, la mélodie est douce et tranquille, la voix est posée et elle a une guitare  comme seul accompagnement (avec quelques cuivre à de rares moments pour donner un peu plus d'intensité). On a un équilibre parfait entre tous les éléments de la chanson qui la rendent à la fois mélancolique, très douce et apaisante. C'est le genre de chanson qui me fait juste me sentir calme, un vrai petit bijou de blues pour reposer son esprit. D'ailleurs le clip est à l'image de la chanson : simple, beau et doux. 

     

    Découvertes Musicales de fin 2018, pour commencer 2019 sur une bonne noteEnfin mon coup de coeur de fin 2018 c'est vraiment cet EP qui est pour moi parfait dans sa totalité. Majeur Mineur étant le producteur de Lord Esperanza, autant vous dire que j'étais conquise d'avance. Vraiment, cet EP c'est vingt-deux minutes de douceur et de détente qui aborde le thème de l'amour surtout comme une forme de dépendance (Aura, Millie Jackson, Sleepless Nights) même dans la rupture et le besoin de fuir (Velvet Lies). Et je trouve ça hyper intéressant parce que les chansons, mélodies, rythmes mélancoliques et langoureux mettent parfaitement en son cette idée d'attachement, de dépendance et d'addiction suave. C'est un mélange de genres, de l''électro au rap en passant par la soul et le jazz, hyper apaisant et presque hypnotisant. La voix jazzy d'Eylia c'est du miel, tellement douce et caressante, parfaitement accompagnée par les prod de Majeur Mineur qui ont cette qualité d'accompagner et de se faire entendre sans écraser la chanteuse. J'associe plein de sens en plus de l'ouïe à cet album parce que je trouve que l'écouter les éveille tous d'une certaine manière. Et je crois que c'est assez volontaire. Par exemple, certains morceaux c'est du velour qui glisse sur ma peau et ça se ressent même dans les titres des chansons (Velvet lies) et de l'album (The missing scent). Tout l'EP va dans cette direction de douceur et d'apaisement et chaque morceau a sa touche perso, que ce soit par l'intervention d'un autre chanteur, où le passage à un tempo un peu plus rythmé. Mon favori reste sans conteste Millie Jackson (et le clip omg). Elle a tout ce que j'aime dans une chanson, un rythme enjoué, des notes de jazz, de blues et d'électro sans prétention, des paroles un peu provocantes et une voix soul et un peu éraillée de femme. Je suis absolument convaincue et comme vous pouvez le constater, je ne tarie pas d'éloge dessus. Je vous invite donc à écouter cet album en boucle et à me dire ce que vous en pensez. 

    Sur ce, je vous quitte, je vais préparer mon article de dimanche prochain où vous ne le verrez jamais arriver ! Dites moi ce que vous pensez des musiques en commentaire, la bise ! 

    Pin It

    votre commentaire
  •     LinksTheSun a sorti la semaine dernière une vidéo sur ses 20 classiques préférés de la chanson française, et spoiler, à la deuxième et première place on retrouve Jean-Jacques Goldman et Francis Cabrel. Et voyez vous si je ne suis pas convaincue par l’entièreté du classement, je ne pouvais pas être plus satisfaite de son podium. Quand nos parents sont fans d’un artiste, il y a deux évolutions possibles : on finit par les détester ou on les adore. J’appartiens à la deuxième catégorie en ce qui concerne Goldman et Cabrel, ma mère m’a transmise son amour pour eux, et je vous le transmet au travers de trois de leurs chansons.

     

    Trois classiques de Goldman & Cabrel

    Jean-Jacques Goldman

    Je commence avec Goldman parce que je l’aime beaucoup, mais ce n’est rien comparé à Cabrel, donc le choix des musiques a été beaucoup plus facile. Mais pour rappel Goldman c'est 270 chansons écrites, plus de 120 dont il est l'interprète, alors forcément trois c'est une représentation très restreinte de son travail.

     

              4 mots sur un piano, avec Patrick Fiori et Christine Ricol (2007)

        Assez étrangement, dans le top 5 des chansons les plus tristes de ma vie. Je ne saurai même pas comment l'expliquer la mélodie est triste, les chanteurs sont particulièrement doués pour faire passer la tristesse dans leurs voix. Cette chanson me rend juste triste, mais en même temps elle est magnifique (le refrain <3), du coup, je l’adore, et je la déteste, une relation saine en quelques sortes. Seul bémol pour moi la partie de Christine Ricol. Elle a une voix magnifique ça, c’est indéniable, mais je trouve que les paroles sont un peu trop simples comparez au reste de la musique et du coup, je trouve qu’elle n’apporte pas forcément grande chose. Mais c’est quand même une des meilleures chansons de variété française, donc on lui pardonne.

     

               Né en 17 à Leidenstadt, avec Caroline Fredericks et Michael Jones (1990)

        Si j’adore cette chanson, ce n’est pas tant pour sa musicalité ou sa beauté, mais pour le sens des paroles. Goldman pose une question assez simple : aurais-je agis différemment si j’avais été à la place d’un nazi, d’un nord-irlandais lors du conflit nord-irlandais ou d’une riche blanche pendant l’apartheid en Afrique du Sud ? La chanson ne cherche pas à justifier leurs actes, ou à les excuser, mais plus à les questionner et à les comprendre. Ça me fait penser à un livre très intéressant, La part de l’autre de Eric-Emmanuel Schmitt, qui met en parallèle la vraie histoire d’Adolf Hitler (romancée évidemment) et ce qui aurait pu être son histoire s'il avait été accepté aux beaux-arts. Son entourage l’avait fortement découragé dans son idée, estimant horrible d’essayer de se mettre dans la tête d’Hitler et d’imaginer ce qui aurait pu être ses pensées. Eric-Emmanuel Schmitt l’a défendu avec une phrase philosophique connue « comprendre ce n’est pas excuser ». On a trop souvent l’impression que ces événements ne peuvent pas se reproduire, mais en réalité, ils le peuvent et c’est donc d’autant plus important de comprendre comment ces gens ont pu en arriver là. C’est ce que la chanson nous invite à faire, et c’est d’autant plus pertinent sachant que Goldman est d’origine allemande, directement concerné par le nazisme, que Michael Jones est gallois donc dans le clan « ennemi » des Irlandais et que Carole Fredericks est afro-américaine est a connu la ségrégation raciale aux Etats-Unis. C’est une chanson très intéressante, qui fait réfléchir comme on dit, et c’est pourquoi elle est dans ce top 3.

     

              Tournent les violons (2002)

        Sans aucune compétition, ma préférée et de loin. Je passais ma vie à danser sur cette chanson petite. Et je pense que c’est justement pour ça que je l’appréciais petite, parce que ma mère ses musiques préférées ce n’est pas celle où on peut danser facilement comme quand la musique est bonne, je te donne, etc. Non, elle c’est les calmes, et magnifiques, balades. Mais du coup, j’adorais Tournent les violons parce que c’était celle vraiment rythmée qu’on écoutait. Je l’aime toujours autant pour son rythme, mais je l’aime d’autant plus aujourd’hui pour ses paroles. Goldman n’a plus rien à prouver en termes de narration (et plus rien à prouver de manière générale) et je trouve que cette musique illustre bien son talent pour ça. La conclusion me rend toujours aussi triste, après 500 écoutes, ce qui est un bon signe d’une certaine manière. 

     

    Trois classiques de Goldman & Cabrel

    Francis Cabrel

    Sujet bien plus compliquée que Goldman parce que pour le coup j’écoute vraiment souvent Cabrel, et la liste de ses musiques que j’aime est bien trop longue pour qu’un choix efficace soit fait. J’ai donc décidé de ne pas parler de tous les grands classiques de Petite Marie, Je t’aimais je t’aime et je t’aimerais, La corrida qui sont évidemment parmi ses meilleures, mais vous les connaissez forcément.

     

             Quelqu'un de l'intérieur (1983)

         Encore une fois comme pour Tournent les violons, j’étais contente quand une musique en peu plus endiablée passait dans la voiture. Mais celle-ci en plus d’être un peu plus rythmée me parlait beaucoup. Pourquoi ? Parce qu’il parle de lui, une personne timide, même introverti que les gens ne comprennent pas forcément, ou en tout cas qui ne voient pas la richesse que renferme cette personne. Ce qui pourrait sembler triste de premier abord, mais justement, c’est une manière pour lui de dire qu’il est au-dessus de ça maintenant, « j’en ris plus souvent que j’en pleure ». Et quand j’étais petite je n’étais pas introvertie, mais j’étais vraiment timide et je trouvais ça géniale d’avoir une musique qui ne présentait pas la timidité comme un défaut ou quelque chose qu’on devrait essayer de combattre, mais qui le présentait comme une autre manière d’apprécier les choses. Pour conclure, je laisse la parole à Cabrel « Alors ils croient que je suis triste, mais si je mettais mon cœur-là juste au milieu de la piste, ils verraient des couleurs ils savent même pas qu’elles existent ». 

     

             Hors saison (1999)

         J’ai redécouvert cette musique avec le livre Les quatre saisons de l’été, de Grégoire Delacourt. Le livre est divisé en quatre histoires, où on suit quatre personnages totalement différents, en 1999, année de sortie de Hors Saison. Tous à un moment de leur été vont entendre cette musique et ça va leur provoquer différentes sensations. J’aime beaucoup l’idée d’inclure une chanson dans une histoire pour voir les différentes réactions, et c’est un très bon choix puisque la mélancolie de la chanson se prête parfaitement aux personnages, je vous conseille donc vraiment ce livre. Pour revenir à la chanson, j’ai envie de dire qu’elle est magnifiquement écrite, mais en même temps je pourrais le dire de beaucoup d’autres musiques de Cabrel. Qu’est-ce qu’elle a de plus ? Je dirai que c’est la tristesse qui s’en dégage. Un des personnages du livre le fait remarquer, cette chanson fait tâche parmi les singles d’été, plein de bonne humeur. Non hors-saison a plus sa place sous la pluie d’automne où justement tu regrettes l’été. C’est une chanson extrêmement triste, mais excessivement belle, ce qui fait d’elle une de mes préférées de Cabrel. 

     

              Octobre (1995)

         Ladies and gentlemen, ma chanson préférée de Cabrel de tous les temps. Parler de trois musiques de Goldman et Cabrel c'est un peu compliqué parce que même si elles sont différentes, leur meilleure qualité, c’est la beauté de l’écriture. C’est donc un peu répétitif, mais ça doit être dit, Octobre est un texte magnifique, très imagé et rempli de décors. On retrouve une certaine mélancolie comme dans Hors-saison, mais c’est en même temps complètement différent. Là où Hors saison tombe complètement dans cette mélancolie, Octobre la voit arriver et la tient éloignée. Oui, la fin de l’été peut être triste, mais le début de l’automne peut être si beau. Petit bonus, la reprise des Enfoirés (oui je sais Goldman, Cabrel, les Enfoirés ça fait beaucoup) est vraiment belle. Je suis très rarement convaincue par les reprises de Cabrel, mais là, on retrouve la grande Mauranne et Christophe Maé apporte quelque chose d’un peu différent et le rendu est vraiment bien.

     

     

    Et vous quelles sont vont chansons préférées de ces deux artistes? Et surtout quels sont vos classiques de la chanson française?

    Pin It

    3 commentaires
  • Les chansons que je vais présenter ici sont en réalité des favoris depuis des mois, sauf une. Je n'arrive pas à m'en lasser c'est fou et pourtant j'aime bien découvrir plein de nouvelles choses mais je ne peux vraiment pas me passer de ces musiques là pour le moment. 

     

     Dis-moi oui, PLK

    Les favoris du moment de Padfoot - mai 2018

    Je ne saurais vraiment expliquer mon amour pour cette musique. Je me doute que ce sera loin d'être du goût de tout le monde, mais que voulez vous, c'est toujours pareil n'est-ce pas ? Je pense que si je l'aime autant, c'est principalement parce qu'elle me fait danser dès que je l'écoute, où que je sois, je ne peux pas m'en empêcher (je vous jure j'essaye de me contenir dans le métro mais...). La prod n'est pas des plus complexes mais elle marche très bien et le solo de trompette est trop cool. Et puis j'adore la voix de PLK. Je la trouve assez envoûtante en fait, elle vous met dans une espèce de douceur et d’apesanteur je dirai (pas du tout dans l'excès la meuf) et je trouve que l'utilisation de l’auto-tune est très bien gérée, sans excès. Et le clip est très stylé. (Je vous l'ai mis en lien, il suffit de cliquer sur le titre). Les paroles ne sont pas extraordinaires d'originalités, mais le rythme et l'ambiance globale du morceau font que je me sens super bien quand je l'écoute et c'est tout ce qui compte.  

     

    Best Friend - Rex Orange County Les favoris du moment de Padfoot - mai 2018

    Je n'étais pas tout à fait sûre du sens des paroles (malgré le titre plutôt explicite) mais après un rapide check-up (yeah you know I speak English very well) sur Genius, cela a confirmé mon soupçon. Rien de très original mais cette chanson parle de...friendzone. Mais en fait Je m'en fou un peu de l'originalité du thème parce que je trouve que les paroles restent cool, le mec étant partagé entre le fait qu'il veuille que la fille (qui veut simplement rester sa meilleure amie) pense à lui tout le temps et le choisisse (ah l'ego) et d'un autre côté il veut lui briser le cœur et la faire pleurer parce qu'il sait qu'elle ne le voudra qu'en tant qu'ami si il lui dit quoi que ce soit. Mis à part les paroles, j'adore la voix de Rex Orange County, il a une petite fêlure qui la rend originale et agréable à écouter. Pour tout vous dire, j'ai déjà tout écouté de lui et je pourrai vous conseiller d'autres chansons parce que vraiment, j'adore. Je trouve qu'il a un style bien à lui, une voix particulière et les musiques sont trop chouettes. J'adore le changement de rythme dans cette chanson, que ce soit tout doux au début comme si il installait son décor et racontait une histoire et après le rythme change entre le côté résigné de celui qui sait ce qu'elle va lui répondre, le côté plus désespéré, ça continue sur une note un peu plus colérique (même si on a l’impression que sa voix ne lui permet pas de se mettre réellement en colère, elle est beaucoup trop douce, et c'est un compliment) et ça termine sur la tristesse résignée. Voilà, allez l'écouter. Et les autres aussi (Uno et Loving is easy, c'est du bon)

     

    J'ai vu - Roméo Elvis ft Angèle

    Les favoris du moment de Padfoot - mai 2018

    Je vous vois venir. Vous allez me dire "oh Padfoot, t'es pas originale, tout le monde connaît Roméo Elvis, c'est LE rappeur du moment, et Angèle aussi on entend parler d'elle partout gnagnagna". Eh ben vous savez quoi ? Je vais quand même en parler parce que j'adore cette chanson et ça me fait plaisir d'en parler, na. (Je suis d'une violence, veuillez m'excusez). Cette chanson est magnifique. J'en aime tous les détails. Mais commençons pas le début : Angèle a une voix absolument sublime, et la poser comme ça sur la prod je trouve ça génial. Ça donne un côté aérien à la musique, ça fait planer. Quand je l'écoute j'ai vraiment l'impression de me retrouver ailleurs, dans un endroit où tout est plus calme et où rien ne peut arriver. Et je trouve qu'elle se marie très bien avec la voix de Roméo Elvis qui est beaucoup plus grave mais très apaisante aussi, ça fait un double effet calmant c'est fantastique. Cette prod est magnifique, du début à la fin. Et ce que j'aime bien aussi, c'est que même si on peut avoir l'impression que le texte est un peu sans queue ni tête, le refrain est très clair. Sans parler de rupture, le morceau aborde le sujet du mal-être dans le couple, et je trouve que le fait que la chanson soit douce comme ça rend le texte encore plus percutant parce que ça donne l'impression que c'est un peu une fatalité sans tomber dans le drama ou dans la colère excessive. Si vous ne l'avez pas déjà écoutée, allez-y. Et tout l'album avec en passant, Morale 2 est génial.

     

    Toy - Netta 

    Les favoris du moment de Padfoot - mai 2018

    On passe à la chanson la plus récente et qui est bien loin du havre de paix de J'ai vu. C'est bien je vous présente des choses diverses et variées, il y en a pour tous les goûts ! Bref. J'ai regardé l'Eurovision pour la première fois de ma vie et - ô joie - c'est ma chanson favorite qui a gagné aka celle que je vous présente maintenant. Je ne suis pas une grande fan de l'Eurovision et j'ai eu tendance à juger sans connaître. Cependant, cette chanson est fantastique. Aux premiers abords elle peut faire un peu pop entendue et réentendue mais en fait, à la seconde écoute pas du tout. Plusieurs choses : d'abord elle est hyper dansante et ça c'est cool. On ne peut que se trémousser en l'écoutant, j'adore ça, notamment parce qu'elle a un petit côté bollywoodien (que m'a fait remarqué une amie). Ensuite, le texte est génial puisqu'il explique à ces chers messieurs que les femmes ne sont pas leur jouet. Et Netta a dit dans une interview que chacun, au delà des femmes, pouvait y trouver son compte dans cette chanson parce que c'est dans un but d'empowerment (difficile à traduire pour que ça sonne bien en français  mais "prise de pouvoir" si vous préférez), genre un employé qui se fait martyriser par son patron etc... et je trouve ça vraiment cool. Et enfin, la chanteuse : elle est splendide. Elle s'assume totalement, a une voix de malade, fait la poule sur scène pour se moquer des "stupid boys" dont elle parle dans sa chanson sans être ridicule, bref, elle est superbe. Tout ça donne une chanson qui, sans être hyper originale, reste très sympa à écouter pour se sentir invincible (on a tous une chanson qui nous donne l'impression d'être un.e super-héros.ïne arrêtez de mentir). Je vous ai mis la version live en lien, je crois que mes passages préférés sont ceux où on voit les supporters israëliens.

    ! Disclaimer ! Je me suis aperçue que malgré tout ce girl power, cette chanson faisait partie de tout un processus mis en place par l'Etat d'Israël qui consistait à mattre en avant grâce à la culture la défense des droits des femmes et autres combats très importants pour éclipser du mieux qu'ils pouvaient le "problème palestinien" (piètre mot quand on sait les horreurs qu'ils commettent envers ce peuple mais ne lançons pas de débat. Pas ici en tout cas.). Pour cela je vous prierais d'écouter cette chanson toujours avec autant de ferveur pour le combat féministe mais en gardant ça dans un coin de la tête sans pour autant culpabiliser de vous enjailler dessus. J'ai dit enjailler. Kesstuvafaire. Pardon. 

    Et voilà, c'est tout pour le moment, dès que je trouve d'autres pépites je vous les partagerai avec empressement

    La bise 

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Prongs, qu'est ce que t'écoutes ? #9

     "Je lui ai dis qu'elle était pas unique. Ce soir elle dort avec sa fierté."

    Yeux disent ~ Lomepal

    J'ai une petite passion dans la vie qui est de regarder des interviews d'artistes, même ceux que je ne connais que très peu. Comme par exemple, Lomepal, dont je ne connaissais que la chanson "70" qui est fantastique, que j'aime autant voir plus que yeux disent. J'adore écouter les artistes parlaient de leur travail, de la genèse de leurs chansons et c'est comme ça que j'ai atterri sur l'interview dans On n'est pas couché de Lomepal, où il interprète en live "Yeux disent". Un live magnifique pour une chanson magnifique. Je trouve qu'il y a une vraie poésie dans certaines phases qui est accentuée par un rythme assez saisissant (par exemple sur le "un jour elle m'a dit qu'elle souffrait que c'était terrible dans sa tête. Mais ce jour-là je l'ai pas écouté, j'avais des rimes dans la tête"). Sa voix sur le refrain est très belle. Je suis un peu moins fan de la manière dont fini la chanson mais globalement, c'est un petit bijou. 

    Prongs, qu'est ce que t'écoutes ? #9

     

    "Mama always said just enjoy the ride. The grass ain't always greener on the other side."

    I Believe ~ Alex Hepburn

    Dans mon dernier article je vous parlais de la chaîne youtube de Marion Seclin, et voici une nouvelle raison pour la suivre, elle fait des covers ! Et notamment son dernier cover est une reprise en duo avec Alex Hepburn, de son single I Believe, que vous pouvez retrouver dans ce vlog. Déjà petit mot sur le cover, j'avais déjà entendu Marion Seclin chanter, mais je trouve que sur cette chanson en particulier, sa voix rend vraiment super bien. A la première écoute, je n'ai pas vraiment accroché avec la musique, je l'aimais bien mais sans plus. Après plusieurs écoutes, j'ai fini par vraiment l'adorer. Elle a pas grande chose d'original en soit, mais j'adore le grain de voix d'Alex Hepburn, il est assez atypique et je le trouve vraiment beau. Les chœurs en fond me gênaient un peu au début, au final je ne les apprécie pas beaucoup mais on fait facilement abstraction d'eux. J'adore le refrain, je pourrai l'écouter en boucle, ce que je fais d'ailleurs depuis quelques jours. 

     

    Prongs, qu'est ce que t'écoutes ? #9

     

     "Je fais des disques d'art, qui seront disques d'or !"

    The Antidote ~ Stupeflip 

    Si le refrain ne vous donne pas envie de danser, rien ne le fera. Avec la découverte de cette musique, une nouvelle peur est née chez moi, celle d'être surprise en train de danser au travail, à la bibliothèque ou même dans la rue. Si vous découvrez comme moi le Stupeflip crew, ou pas d'ailleurs, je vous conseille d'aller lire la page genius de la chanson pour deux raisons. La première, comprendre toutes les références que ça soit celles internes au groupe et aux fans, ou celles externes, comme une référence à Priscilla et au chanteur des 2be3. Et deuxièmement pour admirer et comprendre ce qui s'entend, c'est à dire le travail sur la rythmique. Une des premières annotations dit : " Raskar-Kapak utilise souvent les allitérations en “T”, en “C” ou en “P” pour rajouter du rythme à ses couplets et donner une impression d'attaque." Et je trouve que ça marche très bien dans la chanson. 

     

    Prongs, qu'est ce que t'écoutes ? #9

     

     "I feel in love with a very bad habit. But I was alive for the very first time. You said goodbye when I was trying to say. ”Something ain't right inside of me”"

    Habits ~ Machine Gun Kelly

     J'ai découvert cette musique au travers d'une vidéo que MGK a fait avec sa fille où on les voit chanter une partie de la chanson. Je vous met le lien parce que dans cette vidéo ils reprennent le refrain et le deuxième couplet, qui pour moi est le meilleur passage de la chanson. Et je pense que de voir le dynamisme de ses mouvements et la joie de rapper avec sa fille m'a aidé à vraiment accroché avec la musique. Encore une fois j'adore le rythme de toute la chanson, particulièrement le deuxième couplet, que j'écoute en boucle. Je ne connaissais pas du tout MGK avant cette chanson, j'ai écouté quelques unes de ses autres musiques, et je les aime vraiment bien, mais pour l'instant aucune n'atteint le niveau d'Habits pour moi (à part Home ♥). Après c'est très subjectif tout ça, parce que mon côté niais reste sur la première impression de la vidéo avec sa fille et le texte qui l'accompagnait: "I wrote “Habits” because i was tired of hiding behind a false smile and a bullshit truth. i heard my daughter singing it last night in her headphones and it tripped me out because how could an 8 year old connect with those words, but i forget, she’s been around me in my darkest times, seen things i never wanted her to see, kept me from quitting like a fuckin loser, and she maintained a smile the whole time. im nowhere near the greatest dad, but at this moment, i am the most grateful one. xx" 

     

    Prongs, qu'est ce que t'écoutes ? #9

     

     "But if you let me, I could set your world on fire. Give you somethin' better than you've ever had."

    Be Your Man ~ Rhys Lewis

    J'ai pas mal hésité à mettre cette musique dans cet article. Parce que contrairement aux quatre autres chansons qui sont vraiment des coups de cœur, des petits bijoux, celle ci est plus pour moi une chanson "sympathique". C'est-à-dire qu'elle n'a rien de fou en soit, mais c'est une jolie ballade et je me suis dit que c'était bien de parler parfois de chansons qui n'ont pas forcément marqué ma playlist mais que j'apprécie écouter. Rhys Lewis a une très jolie voix, la mélodie est toute douce, on parle d'amour. Bref, les éléments principaux pour une bonne ballade sont là et ça va pas beaucoup plus loin, mais pourquoi ça le devrait, l'écoute est agréable et parfois c'est amplement suffisant. Cependant, la deuxième partie du dernier refrain (à partir de 2:12 exactement) ajoute un petit truc pour moi, il force un peu plus sur sa voix et ça vient bien conclure la chanson. 

    Pin It

    votre commentaire
  • Comme vous allez pouvoir le constater, je suis très chanson française en ce moment, mais chanson française de la "new wave" comme on dit, même si on a piqué le terme au cinéma. Que des jeunes gens donc avec, si vous me demandez mon avis, énormément de talent.

    Les favoris du moment de Padfoot On brûlera - Pomme

    En ce moment je crois que ce que je recherche dans la musique c'est qu'elle me touche particulièrement. D'un point de vue émotionnelle je veux dire, qu'elle me donne envie de pleurer, pas forcément de tristesse mais vraiment quelle m'émeuve voyez-vous, et cette chanson là m'émeut beaucoup. Je la trouve très très belle. J'ai écouté l'album de Pomme qu'elle a sorti tout récemment en faisant autre chose en même temps donc je n'étais pas très concentrée. Et pourtant cette chanson est complètement sortie du lot. Attention l'album est très bien (allez écouter Pauline en complément), mais je trouve que celle-ci est particulièrement belle. Elle met la voix de la chanteuse en avant, je trouve qu'elle est très belle mais que cette chanson la fait vraiment ressortir, surtout les notes hautes pendant le refrain. Les paroles sont très poétiques, j'adore le contraste enfer/ange et je me laisse complètement bercer. Enfin je la trouve très originale pour une chanson d'amour et je trouve qu'il y a plusieurs façons de l'interpréter, ce qui la rend très originale. Enfin, j'adore les images qu'elle créé quand je l'écoute, ce qui renforce la poésie du morceau. 

    Kid - Eddy de Pretto 

    Les favoris du moment de Padfoot Ce morceau est très intéressant pour deux raisons principales selon moi : l'écriture et le message. Eddy de Pretto a une très belle voix et l'instru accompagne très bien le texte. Mais ce qui m'intéresse le plus c'est justement le texte. Il est très recherché, avec un vocabulaire très riche, plutôt soutenu et poétique. Je comprend que cela puisse gêner mais moi je trouve ça très original. Encore une fois ça créé des images et je trouve que c'est très agréable à l'oreille. Et surtout, ça sert énormément le message que je trouve génial. C'est une critique directe du modèle de virilité que la société et donc les parents, en l’occurrence le père, impose aux hommes. Une modèle qui rejette "once féminine" et sensibilité, qui impose force, muscle et agressivité et un certain modèle de beauté et de comportement. Et je trouve ça très important comme message, parce que l'éducation des garçons est aussi un élément du féminisme : rejeter un modèle d'éducation machiste permet forcément de faire avancer la cause de l'égalité entre les hommes et les femmes. Et le reste de son EP est génial aussi vous devriez aller l'écouter (je dis ça comme ça hein...)

     

    Les favoris du moment de Padfoot Soleil Noir-Tim Dup 

    Je trouve que c'est assez semblable à Eddy de Pretto sans l'être tout à fait. Bon déjà la voix change, le thème de la chanson est très différent et le style d'écriture change aussi. Mais on retrouve quand même ce soucis du détail et de la poésie dans le texte. Ce morceau me fait du bien. Il berce totalement, il met dans une sorte de torpeur, on se laisse porter par l'instru entre éléctro et piano et par sa voix au fil des images (encore) qu'elle égrène. Et vraiment, on est bien je trouve. Elle est reposante, douce et assez positive, j'adore. Et l'album qu'il a sorti il n'y a pas longtemps est vraiment cool, si vous n'avez rien à écouter je vous le conseille aussi !

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique